Dernier cri et meilleur prix absents d’achats regroupés en TI

Le Centre de services partagés du Québec ne serait pas certain que les ministères et les organismes publics aient bénéficié des « modèles reflétant l’évolution technologique ».Logo du gouvernement du Québec

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, dans ses conclusions de vérification au sujet des contrats d’achats regroupés en technologies de l’information (TI) et de travaux auprès du Centre de services partagés du Québec (CSPQ), affirme aussi que le CSPQ n’aurait « pas l’assurance que les ministères et les organismes ont bénéficié des baisses de prix attendues ». Ainsi, à son avis, « la stratégie d’acquisition retenue à l’égard des deux contrats examinés n’a pas toujours donné les résultats escomptés [dernier cri et meilleur prix] ».

Transparence?

La vérificatrice générale ajoute que « les décisions prises à certaines étapes du processus, notamment à l’établissement de la stratégie et du suivi des questions des fournisseurs, n’ont pas été suffisamment documentées ».

L’appel d’offres de l’un des contrats examinés (concernant des micro-ordinateurs) aurait généré 400 questions et 22 addendas, mais « aucun document présentant l’argumentation ou les recommandations du comité technique à l’égard des modifications effectuées n’a été retrouvé ».

Conflits d’intérêts?

De plus, toujours selon Guylaine Leclerc, « le CSPQ n’a pas mis en place les mécanismes nécessaires pour s’assurer de l’absence de conflits d’intérêts de toutes les personnes concernées par [ou impliquées dans] la détermination des besoins et la préparation des appels d’offres ». La situation actuelle serait identique à celle de novembre 2015.

Clauses contractuelles molles?

D’autre part, « les contrôles permettant de suivre adéquatement le respect des clauses contractuelles sont insuffisants », dit-elle.

Par exemple, « les contrats prévoient que les fournisseurs peuvent seulement proposer des diminutions de prix », mais au moins l’un d’entre eux aurait quand même permis des augmentations du prix de quarante options au cours de la période du contrat.

Concurrence?

Concernant l’appel d’offres pour les micro-ordinateurs, la vérificatrice relève que « l’ajout d’un grand nombre d’options non obligatoires permet aux entités de choisir un produit précis, ce qui limite la concurrence et ne favorise pas toujours l’obtention du meilleur prix ».

Respect de la commande?

Enfin, les produits livrés et leurs composantes internes (par exemple dans le cas de micro-ordinateurs) seraient également « insuffisamment » contrôlés et systématiquement vérifiés, « afin de s’assurer que les biens obtenus sont réellement ceux commandés ».

Lire aussi:

De nouvelles règles pour l’attribution des contrats publics

Québec : projet de règlement sur l’accès des firmes de TI au trésor public

Contrat public en informatique : l’UPAC vise un consortium IBM-EBR

Articles connexes

Novipro fait l’acquisition de la Torontoise Blair Technology Solutions

Le Groupe Novipro, un consolidateur de fournisseurs en solutions TI de Montréal, vient de conclure l’acquisition de Blair Technology Solutions inc., un fournisseur de solutions TI basé à Toronto depuis 26 ans. 

1Password acquiert Passage, un fournisseur d’outils de clé de sécurité basé au Texas

La société canadienne 1Password ajoute un nouvel outil de développement de clé d’accès à sa gamme de produits de gestion de mots de passe d'entreprise.

Levio poursuit sa croissance par l’acquisition de la torontoise Indellient

Levio, une firme de services-conseils de Montréal offrant des services en transformation numérique fait l’acquisition d'Indellient, une entreprise de services-conseils du Grand Toronto qui se spécialise depuis près de 20 ans dans l'architecture, la réalisation et la gestion de grands chantiers de transformation numérique. 

Elon Musk conclut officiellement son acquisition de Twitter

Elon Musk a officiellement pris possession de Twitter, licenciant immédiatement Parag Agrawal, qui avait succédé au cofondateur Jack Dorsey en tant que PDG de Twitter. 

Nimonik accroît sa présence dans l’Ouest canadien

Nimonik inc., une entreprise montréalaise de solutions logicielles en gestion de la réglementation et de la conformité fait l'acquisition de MediaLogic inc., basée à Calgary. La société entend ainsi accélérer ses plans de croissance en Amérique du Nord.