Départ du responsable des technologies chez Sensio

Le chef de la direction technologique de Technologies Sensio quittera l’entreprise pour des raisons personnelles.

Technologies Sensio, une entreprise de Montréal qui conçoit des technologies pour la diffusion de contenu télévisuel en trois dimensions sur des canaux traditionnels, perdra les services de M. Étienne Fortin à titre de chef de la direction technologique le 16 septembre 2011.

M. Fortin, qui travaillait depuis 2003 chez Technologies Sensio, était un des premiers employés de l’entreprise qui a été fondée par Nicholas Routhier et Richard LaBerge en 1999. Selon son profil dans le réseau social LinkedIn, M. Fortin a amorcé sa carrière à titre d’ingénieur chez Sensio, puis il a été nommé directeur de l’ingénierie en 2005. En 2007, il a été promu vice-président responsable de l’ingénierie et des technologies, puis en 2009 il s’est vu confier les fonctions additionnelles de chef de la direction technologique.

Or, depuis janvier 2011, M. Fortin n’assumait plus la fonction de vice-président responsable de l’ingénierie,

Cette fonction est remplie par M. Jacques Patry, qui a joint Technologies Sensio à ce poste en décembre 2010 – selon son profil LinkedIn – après avoir occupé le rôle intérimaire de chef de la direction technologique et d’autres fonctions dans l’entreprise montréalaise Algolith, une entreprise essaimée de chez Miranda Technologies. À la fin de 2010, Technologies Sensio a fait l’acquisition d’une technologie de traitement de l’image, de brevets et de demandes de brevet auprès d’Algolith.

D’ailleurs, la fonction de chef de la direction technologique qui était occupée par M. Fortin sera dorénavant assumée par M. Patry. D’autre part, M. Patry a été nommé à titre d’officier au sein du conseil d’administration de Technologies Sensio.

La fiche biographique relative à M. Fortin a déjà été retirée de la section de l’équipe des dirigeants du site Web de Technologies Sensio. Selon cette fiche, dont un exemplaire a été trouvé en cache du moteur de recherche Google, M. Fortin avait établi le département de l’ingénierie chez Technologies Sensio et était à l’origine de cinq brevets au sein de l’entreprise.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juillet-août de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.