Début des candidatures pour de nouveaux domaines génériques dans Internet

L’organisme ICANN amorce l’acceptation de candidatures pour la création des domaines génériques de premier niveau dont le suffixe sera doté de plus de quatre lettres. Ces nouveaux domaines génériques ne seront pas à la portée de toutes les bourses.

L’organisme à but non lucratif Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), à compter d’aujourd’hui, accepte des candidatures visant la création de nouveaux domaines génériques de premier niveau.

Ainsi, des domaines liés à des noms communs (comme .pizza ou .hotel), à des noms propres (comme .smith ou .tremblay) ou à des marques de commerce (comme .directioninformatique) pourront être créés et utilisés pour la création d’autres noms de domaines dans Internet.

Ces domaines génériques s’ajouteront aux domaines qui existent depuis les années 1980 (comme .com, .org et .net), aux domaines créés dans les années 2000 (comme .info et .biz) et aux domaines qui identifient les pays (comme .ca, .fr, et .ly, qui est utilisé notamment par le service de création de microliens bit.ly).

Les candidatures visant l’obtention d’un nouveau domaine générique devront être déposées auprès de l’ICANN avant le 12 avril 2012.

Processus complexe

Selon une foire aux questions qui a été produite à l’été 2011 par le site Mashable, l’ICANN évalue que de 300 à 1 000 nouveaux domaines génériques pourraient être créés chaque année. Toutefois, la première série de candidatures serait limitée à 500 demandes.

Le processus d’évaluation d’un domaine générique pourrait prendre de neuf à vingt mois, selon la candidature et l’utilisation prévue. L’utilisation des premiers domaines génériques pourrait débuter en 2013.

Dans l’éventualité où plus d’un requérant demanderait à obtenir un domaine générique, le domaine sera attribué selon l’approche « premier arrivé, premier servi » au requérant qui aura complété en premier le processus de dépôt de candidature. Si aucun des requérants n’a complété le processus, l’ICANN aura recours à un système de points, sinon à un encan afin d’attribuer la propriété du domaine.

Également, un requérant n’aura pas à détenir une marque de commerce afin d’obtenir un domaine générique qui y réfère, mais l’ICANN portera attention à ce point lors d’un processus d’évaluation. Un détenteur de marque de commerce pourra manifester son objection à l’endroit d’un au cours du processus d’évaluation d’un autre requérant.

Coûteuse candidature

Toutefois, la création d’un nouveau domaine générique de premier niveau ne sera pas à la portée de tous.

Un billet de blogue de la chronique Sur le Web, dans le portail de la Société Radio-Canada, indique qu’une candidature coûtera à un requérant 185 000 dollars américains en frais de dossier, puis 25 000 dollars américains par année si la candidature est acceptée.

Le détenteur d’un nouveau domaine générique pourra procéder lui-même et par le biais de tiers à la vente de noms de domaines qui auront comme suffixe son domaine générique.

Par ailleurs, l’ICANN a établi un programme d’aide technique et financière à l’intention de 35 pays à faible revenu, tels qu’identifiés par l’organisme de financement Banque mondiale, afin d’aider les utilisateurs d’Internet de ces pays à obtenir de nouveaux domaines de premier niveau.

Rappelons qu’à l’automne 2011, après plusieurs années d’attente, les gestionnaires de noms de domaine ont amorcé le processus d’attribution d’URL fondées sur le domaine générique .xxx, qui est consacré aux sites Web pour adulte. (Lire la chronique « Droit et TI » Les noms de domaine .XXX et vous)

Pour consulter l’édition numérique du magazine de novembre 2011 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.