De la convergence, de la divergence… et de la négligence!


Jean-François Ferland - 08/02/2006

Les terminaux mobiles de poche, les assistants numériques personnels et les téléphones évolués cheminent de drôle de façon dans le marché. Les uns n’ont pas dit leur dernier mot, alors que les autres sont sous-utilisés.

Selon la firme américaine IDC, quelque 2,2 millions de terminaux mobiles de poche ont été livrés au cours du quatrième trimestre de l’année 2005, ce qui constitue une augmentation de 37,6 % en rapport avec le troisième trimestre de l’année 2004. Les ventes associées à la période des fêtes et la livraison à grand volume d’un grand nombre de produits annoncés plus tôt dans l’année expliqueraient cette importante croissance.

Toutefois, les livraisons au quatrième trimestre de 2005 sont inférieures de 18,2 % en comparaison avec les résultats obtenus au terme du quatrième correspondant de l’année 2004. Pour l’année 2005 au complet, les 7,5 millions d’unités livrées constituent une réduction de 16,7 % des livraisons en comparaison avec les 9,7 millions d’unités livrées en 2004.

Ramon Llamas, analyste en recherche chez IDC, note le recours de certains manufacturiers à un modèle de distribution des livraisons concentré dans une seule ou quelques régions de la planète, ainsi que le retrait du marché d’autres manufacturiers d’envergure mondiale. Ceci a résulté en une opportunité pour des manufacturiers de moindre envergure d’améliorer leurs positions sur le marché.

L’analyste ajoute que les terminaux mobiles de poche, malgré la pression croissante des composantes mobiles combinées telles qu’un téléphone évolué qui offre des fonctions de gestion de l’information personnelle, font encore l’objet d’engagements de la part des manufacturiers.

« Les meneurs du marché continuent de lancer de nouveaux appareils, avec en mire différents types d’utilisateurs tout comme différentes échelles de prix. Avec l’ajout de solutions GPS, de fonctionnalités multimédias et de la connectivité WiFi, les terminaux mobiles de poche offrent une valeur additionnelle qui dépasse la seule gestion de l’information personnelle de l’utilisateur. »

Deux composantes plutôt qu’une

Au sujet des téléphones évolués, voici que la firme d’analyse In-Stat indique que le marché de ce type d’appareil aurait connu une croissance annuelle supérieure à 70 % en 2005. Toutefois, la firme identifie un risque que ce type d’appareil soit perçu par les consommateurs comme étant un téléphone à fonctionnalités très onéreuses, alors que les utilisateurs ne téléchargent pas d’applications pour rehausser les capacités de l’appareil.

Bill Hugues, analyste chez In-Stat, ajoute que le nombre médian d’applications téléchargées par les utilisateurs de téléphones évolués est de « un », que plusieurs consommateurs n’ont pas de définition bien claire du concept de « téléphone évolué » et que la croissance du marché entraînera des changements majeurs de parts de marché au niveau des systèmes d’exploitation, avec Microsoft et Linux qui feront des gains au détriment de PalmSource et Research in Motion.

Le sondage a également révélé une contradiction intéressante à propos de l’utilisation des fonctionnalités des téléphones évolués, soit que le pourcentage d’utilisateurs de téléphones évolués qui transportent également un assistant numérique personnel est deux fois plus élevé que le pourcentage d’utilisateurs d’un téléphone mobile conventionnel et d’un assistant numérique personnel… Deux assistants valent-ils mieux qu’un?




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+