Cybersécurité : rassurer le client serait payant

Les dépenses en cybersécurité pourraient être un avantage concurrentiel dans le secteur de la vente au détail pour satisfaire les attentes des consommateurs en la matière, selon Capgemini.

achat en ligne, commerce électronique
Image : Getty

Capgemini, une entreprise qui est basée en France et qui commercialise des services professionnels et des conseils d’entreprise, affirme que ces dépenses incluent les dépenses en protection des données des consommateurs, des informations sur les entreprises et de la propriété intellectuelle.

Sur la base d’une enquête et d’un rapport de son propre institut en matière de transformation numérique, Capgemini soutient que le cybersécurité « peut être une source d’avantage concurrentiel dans le secteur de la vente au détail » pour les détaillants.

Selon l’enquête, la cybersécurité serait « le troisième facteur le plus important lorsque les consommateurs choisissent les distributeurs, à égalité avec des caractéristiques telles que les rabais et la réputation de la marque ».

De plus, la satisfaction des clients augmenterait quand ils savent que leur principal distributeur a mis en oeuvre certaines capacités de cybersécurité et de protection des données.

« Environ 40 % des consommateurs seraient prêts à augmenter leurs dépenses en ligne de 20 % ou plus si leur distributeur principal leur donnait une certaine garantie qui consoliderait leur confiance », ajoute Capgemini.

L’enquête aurait été menée auprès de 6000 consommateurs, 200 directeurs de la distribution et des cadres en cybersécurité.

Lire aussi :

Commerce en ligne : la sécurité selon Shopify

Commerce en ligne : tendances 2018 à surveiller

Cyberassurance : une industrie florissante?

Articles connexes

Attentes et comportement des consommateurs québécois sur la confidentialité des données

Les résultats d’un sondage publiés cette semaine par GetApp Canada explorent les pratiques des Québécois quant à la confidentialité de leurs données. Il s’agit du second volet d’une enquête auprès de 230 consommateurs québécois.

Partenariat entre Mon commerce en ligne et le Mouvement Desjardins pour le commerce de détail au Québec

Mon commerce en ligne, une initiative de l'Association québécoise des technologies (AQT)  et de l'École des entrepreneurs du Québec (EEQ) pour soutenir le commerce de détail québécois dans l'adoption des technologies et des services numériques, annonce un partenariat avec le Mouvement Desjardins pour appuyer ses membres œuvrant dans le commerce de détail à adopter des technologies et des services numériques afin d'augmenter leur compétitivité et accroître leurs ventes en ligne.

Les détaillants canadiens disposent désormais d’une plate-forme unique pour accéder à des données à jour

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) lançait hier le Tableau de bord du secteur du détail, une initiative développée par KPMG Canada conçue pour permettre aux détaillants canadiens d'accéder à un assortiment d'informations sur plusieurs secteurs, régions et périodes de vente au détail, dans les deux langues officielles.

Leav déploie sa plateforme mobile de caisse en libre service chez La Vie en Rose

Leav, une jeune entreprise technologique montréalaise qui fournit aux détaillants une plateforme offrant un processus de paiement sans friction, signe un accord avec le détaillant de lingerie fine la Vie en Rose pour implanter sa solution dans les quatre magasins la Vie en Rose du centre-ville de Montréal et dans un magasin Bikini Village.

Amazon privilégié aux sites des marchands du Québec

Les sites Web ou applications mobiles des marchands du Québec sont utilisés par 19 % des cyberacheteurs du Québec, par rapport à 48 % pour le site Web d’Amazon et son application mobile, selon une enquête NETendances 2021.