Cybersécurité : le rôle des comités de vérification

Les sociétés canadiennes pourraient être involontairement exposées aux risques cybernétiques en raison d’un manque de sensibilisation des comités de vérification, selon un sondage mené en 2014 par KPMG.Conseil d'administration

Selon le sondage du cabinet de services professionnels KPMG réalisé auprès de comités de vérification à travers le monde, leur rôle dans l’identification et dans l’évaluation des risques continue de s’accroître, d’évoluer et de s’étendre au-delà des domaines traditionnels (lois, corruption, finances, etc.), pour englober les nouvelles technologies de l’information et la cybersécurité.

KPMG rappelle que les comités de vérification des entreprises doivent jouer un rôle de premier plan dans l’atténuation des menaces qui pèsent sur leur organisation et que ces menaces incluent désormais la cybercriminalité.

Cependant, précise KPMG, seulement 11 % des membres de comités de vérification au Canada considèrent la cybersécurité comme un défi majeur pour la société, comparativement à 27 % aux États-Unis. De plus, ajoute KPMG, 31 % des répondants canadiens ont affirmé être satisfaits du temps consacré aux questions de cybersécurité par le conseil d’administration, comparativement à 55 % à l’échelle mondiale et à 57 % aux États-Unis.

« Il y a encore beaucoup de chemin à faire au sein des conseils d’administration partout dans le monde. Il sera intéressant de voir si la récente faille Heartbleed, qui a été très médiatisée, les fera changer d’avis », en conclut KPMG.

Le sondage aurait aussi démontré que les comités de vérification souhaitent voir une amélioration de la qualité de l’information qu’ils reçoivent à l’égard des technologies émergentes et des stratégies de croissance et d’innovation de la société, en particulier en matière de cybersécurité.

Articles connexes

TCS lance le centre de recherche et d’innovation Pace Port Toronto

Tata Consultancy Services (TCS) a annoncé cette semaine l'ouverture de son cinquième et plus grand centre mondial de recherche et d’innovation à Toronto, qui, selon la société, est conçu pour aider les entreprises canadiennes à « donner vie plus rapidement aux innovations numériques ».

Le gang Black Basta affirme avoir déjà fait 50 victimes

Selon deux rapports récents de chercheurs en cybersécurité, un nouveau gang de rançongiciels appelé Black Basta prétend avoir réussi à faire 50 victimes, tandis que le gang vétéran mais vieillissant Conti – qui pourrait avoir des liens avec le nouveau venu – semble être chose du passé.

Un palmarès canadien des escroqueries en ligne

Une récente étude de Social Catfish révèle que le Canada a connu une augmentation sans précédent des escroqueries en ligne en 2021. Au total, les victimes de ces escroqueries se sont fait voler 380 M$ en 2021, plus du double des 165 M$ volés en 2020 dans le cadre d’événements similaires.

La marque de rançongiciel Conti est morte, mais le groupe se restructure

La marque du groupe de rançongiciel Conti est morte. C'est ce que concluent des chercheurs d'Advanced Intelligence. Son infrastructure liée aux négociations, aux téléchargements de données et à l'hébergement de données volées a été fermée.

Lancement du Concours canadien d’innovation technologique de KPMG

Cette année encore, KPMG se lance à la recherche du meilleur entrepreneur canadien en technologie et invite les entreprises en démarrage à se disputer le titre d'innovateur technologique de l'année au pays et avoir l'occasion de compétitionner contre leurs pairs à l'échelle mondiale.