Cyberattaque : réaction de Microsoft à WannaCry

En réaction à la vaste cyberattaque qui aurait touché 150 pays depuis vendredi, Microsoft a mis à la disposition des utilisateurs un correctif pour les Windows XP, 8 et Server 2003, les ordinateurs sous Windows 10 n’étant pas menacés.Logo de Microsoft

Une décision « inhabituelle » selon les mots de Microsoft, qui vise à répondre au danger que représente le rançongiciel WannaCry.

Dimanche, Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, a pris la plume sur le blogue de l’entreprise de Redmond aux États-Unis. Il pointe du doigt la responsabilité de l’agence fédérale américaine NSA. Cette dernière aurait conservé des informations sur des failles de sécurité et les documents les répertoriant auraient été volés.

Ce vol avait été dévoilé au début de l’année, amenant Microsoft à proposer une mise à jour de sécurité le 14 mars dernier, mais seulement pour les versions de Windows les plus récentes.

Pour Brad Smith, cette cyberattaque doit déclencher une prise de conscience au sein des gouvernements à travers le monde. En février dernier, Microsoft a appelé à la signature d’une Convention de Genève numérique, qui obligerait les États à informer les éditeurs au sujet des failles que leurs services découvrent, plutôt qu’à les stocker au risque que ces informations tombent dans des mains malintentionnées.

Lire aussi :

Rançongiciel : une cyberattaque mondiale

Rançongiciel : l’Université de Calgary a payé 20 000 dollars

Les rançongiciels en augmentation au Canada

Articles connexes

LastPass admet un nouveau piratage, des données clients auraient été exposées

Des informations que les pirates ont obtenues lors d'un piratage en août du fournisseur de gestion de mots de passe LastPass ont été utilisées pour compromettre à nouveau l'entreprise, a reconnu son PDG.

Le syndicat des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario informe les victimes d’une attaque par rançongiciel

Certains enseignants, membres du personnel et retraités des écoles secondaires publiques de l'Ontario ont été avisés que leurs renseignements personnels avaient été copiés par un pirate informatique dans le cadre d'une attaque par rançongiciel contre les systèmes informatiques de leur syndicat au printemps dernier.

La chaîne de magasins de vêtements pour hommes Harry Rosen confirme une cyberattaque

Le détaillant canadien de vêtements pour hommes Harry Rosen a reconnu avoir été victime d'une cyberattaque le mois dernier.

Uber affirme que la compromission des informations d’identification d’un fournisseur a conduit à une violation de données

Uber a offert plus de détails au sujet de la dernière violation de ses contrôles de sécurité, affirmant que la compromission des informations d'identification d'un sous-traitant externe était le point de départ de l'attaque. Il pense également que l'agresseur était lié au gang d'extorsion Lapsus$.

Un employé d’Uber aurait donné son mot de passe à un usurpateur informatique

Un pirate informatique de 18 ans revendique la responsabilité de ce qui est considéré comme une énorme violation des contrôles de sécurité chez Uber.