CTM Insights s’apprête à concéder sous licence ses avancées en détection d’images hypertruquées à Allure Security

Allure Security, une société de cybersécurité qui utilise un moteur d’intelligence artificielle (IA) breveté conçu pour fournir une protection de marque en ligne, a annoncé un accord de licence technologique avec CTM Insights, spécialisée dans la technologie avancée « d’empreintes digitales » d’images.

Selon un communiqué, l’augmentation des algorithmes d’apprentissage automatique du premier qui se concentrent sur l’éradication des attaques d’usurpation d’identité de marque en ligne avec la technologie du second améliorera encore sa capacité à trouver plus de faux sites Web, comptes de médias sociaux et applications mobiles.

Le communiqué poursuit en indiquant que les consommateurs sont souvent trompés par des courriels d’ hameçonnage qui les dirigent vers un faux site Web qui vole des identifiants de connexion, des données de paiement ou d’autres informations personnelles : « Cela peut entraîner des vols d’identité et des fraudes, coûtant des milliards de dollars sur les sites de commerce électronique et des institutions financières du monde entier. »

« Les images sur les faux sites Web ont parfois de minuscules changements pour confondre les moteurs de détection automatisés. La technologie développée par CTM Insights a montré une précision de 97 % dans les tests en conditions réelles, même avec des images modifiées. »

Lou Steinberg, l’ancien directeur de la technologie de TD Ameritrade qui a fondé la société il y a cinq ans, a déclaré que l’approche en instance de brevet aide à résoudre le problème croissant des hypertrucages qui perturbent de plus en plus la société.

Dans une entrevue avec IT World Canada, Steinberg a déclaré que la principale raison pour laquelle il a lancé l’entreprise était de résoudre le problème des fausses données.

« Cela pourrait être de fausses nouvelles ou une image modifiée qui est téléchargée. Cela pourrait être des données manipulées dans les registres de vote », a-t-il noté.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Des experts en science des données explorent les subtilités des hypertrucages

Le Deepfakes Day 2022, qui s'est tenu en ligne la semaine dernière, était organisé par la division CERT (Computer Emergency Response Team) du Software Engineering Institute (SEI) de l'Université Carnegie Mellon, qui s'associe au gouvernement, à l'industrie, aux forces de l'ordre et aux universités pour améliorer la sécurité et la résilience des systèmes et réseaux informatiques, dans le but d’examiner la menace croissante des hypertrucages (deepfakes).

La gestion par Samsung de la recherche sur les hypertrucages remise en question

Un expert en cybersécurité est surpris par les récentes actions entreprises par un groupe de chercheurs travaillant au Samsung AI Center à Moscou, affirmant que leur travail pourrait inévitablement finir par faire plus de mal que de bien.

Inquiétudes croissantes au sujet des hypertrucages

Les hypertrucages sont de retour dans l'actualité après qu'il eut été rapporté qu'un groupe de chercheurs travaillant au Samsung AI Center de Moscou a lancé une initiative appelée Mega Portraits (portraits mégapixels).