CRTC : La facturation à la capacité entrera en vigueur le 1er février

Dès le 1er février, les fournisseurs de services Internet (FSI) indépendants devront se plier au nouveau modèle de facturation basé sur la capacité mis de l’avant par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Les grandes entreprises de téléphonie et de câblodistribution iront de l’avant, comme prévu, avec les plans de mise en œuvre qu’elles ont proposés, à l’exception des sociétés de Bell. À titre de mesure provisoire, les FSI indépendants qui sont clients des sociétés de Bell pourront soit fusionner leur trafic commercial et résidentiel, soit maintenir ceux-ci de manière distincte.

Le CRTC n’a pas été en mesure, dans l’immédiat, de donner plus de détails sur ces exceptions.

« Certains ajustements temporaires ont été apportés afin de nous assurer que la transition vers le nouveau régime de facturation procède en douceur et que les consommateurs ne soient pas gênés », a indiqué le président par intérim et vice-président des Télécommunications du CRTC, Leonard Katz, dans un communiqué.

La décision annoncée en novembre

En novembre 2011, le CRTC avait déterminé la manière dont les grandes entreprises de téléphonie et de câblodistribution allaient pouvoir facturer les FSI indépendants pour l’utilisation de leurs réseaux.

La décision rendue alors signifiait que les fournisseurs de services Internet (FSI) indépendants, qui contrôlent environ 6 % du marché canadien, n’auraient pas à facturer leurs clients selon l’utilisation qu’ils font d’Internet et pourraient continuer de vendre des forfaits à bande passante illimitée.

Toutefois, en optant pour un modèle en fonction de la capacité, les FSI indépendants devront fixer à l’avance leurs besoins globaux mensuels en bande passante et payer des extras s’ils excèdent leurs prévisions. « Nous avons choisi de placer un compteur chez le FSI indépendant plutôt qu’à la porte de chaque consommateur. La particularité du modèle de capacité, c’est que le risque est partagé entre les FSI titulaires et indépendants », avait alors expliqué le porte-parole du CRTC, Denis Carmel.

Ces décisions touchent seulement les services de gros que les grandes entreprises de téléphonie et de câblodistribution fournissent aux FSI indépendants. Le CRTC ne réglemente pas les tarifs ni les forfaits que les FSI proposent à leurs clients.

À lire également sur le même sujet

Facturation à la capacité: la décision du CRTC ne fait pas l’unanimité

Facturation à la capacité: des tarifs disparates

Bell Canada veut revoir la tarification des FSI indépendants

Facturation de la bande passante : sursis et réflexion au CRTC

Facturation de la bande passante : l’inquiétude des FSI concurrents

Facturation à l’utilisation de la bande passante : les réactions fusent

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, Cliquez ici.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

20,5 M$ du CRTC pour l’accès aux services sans fil mobiles et Internet au Manitoba, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) annonce aujourd’hui dix projets recevront en tout jusqu'à 20,5 millions de dollars en financement dans le cadre du Fonds pour la large bande.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

L’explication publique de la panne de Rogers caviardée

Rogers Communications a déposé une réponse de 39 pages aux questions du régulateur canadien des télécommunications concernant la panne sans précédent de ses réseaux Internet et sans fil, blâmant à nouveau un changement de configuration qui a supprimé un filtre de routage, ce qui a submergé ses routeurs de distribution.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.