Crewdle propose des vidéoconférences sécurisées, simples et durables grâce aux technologies pair-à-pair

Par Jane Doucet

Bien que Crewdle, basée à Montréal, en soit encore à ses débuts en tant qu’entreprise, elle propose déjà le service de vidéoconférence le plus écologique au monde et la première et la seule plateforme de vidéoconférence développée au Canada. Ce qui est tout aussi impressionnant, c’est que son lancement pendant une crise économique mondiale n’a pas dissuadé le cofondateur et président-directeur général, Vincent Lamanna.

« Je ne savais pas ce que cela signifiait de démarrer une entreprise pendant une pandémie, mais je n’étais pas inquiet, explique M. Lamanna, qui a obtenu un diplôme en génie logiciel de l’Université McGill en 2005. En fait, j’étais assez excité. Nous avons embauché notre équipe sans rencontre en présentiel, le tout sur notre propre plateforme. »

En mars 2020, M. Lamanna a lu un article sur les impacts environnementaux nocifs de la diffusion en continu qui repose sur des serveurs multimédias. Il a appris que les plateformes de vidéoconférence traditionnelles produisent jusqu’à un kilogramme de dioxyde de carbone et utilisent jusqu’à 12 litres d’eau douce comme liquide de refroidissement par heure par participant. Ajoutez à cela l’électricité nécessaire au fonctionnement des serveurs, qui ne provient pas toujours de sources renouvelables. Les principaux coupables ? Les centres de données situés à des centaines ou des milliers de kilomètres de l’endroit où se trouvent les utilisateurs.

À l’époque, M. Lamanna était à la recherche d’une nouvelle occasion d’affaires, après l’échec du financement d’une entreprise en démarrage au début de la pandémie. « Cet article m’a fait réfléchir. Était-il possible d’éliminer les serveurs dans une solution de vidéoconférence ? La réponse était oui. »

Croissance régulière et ciblée
M. Lamanna s’est associé à Pierre Campeau, qui s’est engagé en tant que chef de l’exploitation et des finances de Crewdle. En se concentrant sur l’innovation technologique et sociale, M. Lamanna apporte son expertise de plus de 20 ans dans le développement de logiciels, de jeux vidéo et de sites Web. M. Campeau, un pionnier du secteur des technologies de l’information et des agences de marketing numérique au Québec, possède plus de deux décennies d’expérience en gestion d’entreprise.

En octobre 2020, les partenaires commerciaux ont lancé une version bêta de leur service de vidéoconférence. Dix mois plus tard, ils étaient passés de deux à huit employés à temps plein ; d’ici la fin de 2021, Vincent Lamanna prédit qu’ils auront 20 employés. Actuellement, tous travaillent à distance, mais le PDG envisage de créer un bureau (peut-être un espace de travail partagé) avec un modèle de travail hybride.

L’équipe de Crewdle est unie dans sa mission d’éliminer les serveurs au profit de la technologie pair-à-pair, ce qui présente non seulement des avantages environnementaux, mais renforce aussi la sécurité et la confidentialité des communications. En effet, les flux de données sont toujours déchiffrés sur des serveurs, ce qui permet aux grandes entreprises de ce marché de vendre des données à grand profit pour des publicités ciblées, par exemple. L’écosystème numérique sans serveur de Crewdle est sécurisé, écologique et jusqu’à 75 % plus abordable que les grands acteurs du marché.

Pour l’instant, les clients de Crewdle sont des petites et moyennes entreprises qui incluent un parti politique, des avocats, des comptables et des instructeurs de yoga, puisque la version 1 de la plateforme ne prend en charge que 12 participants lors d’un appel vidéo. La version 2 en prendra en charge 30. En août 2021, la société comptait 1 000 utilisateurs. L’objectif d’ici fin décembre : 10 000. « Nous sommes assez confiants que notre base d’utilisateurs augmentera au fur et à mesure que nous déploierons la deuxième version de notre service », déclare M. Lamanna. Nous voulons offrir une expérience utilisateur optimale. »

Le PDG de Crewdle, qui possède un brevet en instance sur la technologie, admet qu’il s’agit d’un secteur plutôt excitant. « Nous sommes en concurrence avec de gros joueurs d’une valeur de 100 milliards de dollars sur le marché boursier », explique-t-il. Mieux encore, avec notre petite équipe, nous pouvons effectuer un travail gratifiant qui a un impact positif sur la planète. »

Articles connexes

Deloitte Canada inaugure un centre de l’usine et de l’entrepôt intelligents

Deloitte Canada dévoilait cette semaine L'usine intelligente @ Montréal, qui abrite un écosystème interconnecté de plus de 20 solutions et technologies de pointe, et dont l'objectif est de métamorphoser la fabrication et l'entreposage grâce à la transformation numérique.

La division d’informatique d’entreprise de Zoho ouvre deux centres de données au Canada

ManageEngine, la division d’informatique d'entreprise du fournisseur de logiciels infonuagiques Zoho, annonçait cette semaine l'ouverture de deux centres de données au Canada, l’un à Montréal et l’autre à Toronto.

Google ouvre son nouveau bureau de Montréal et versera 2,75 M$ pour soutenir l’écosystème technologique et la formation aux compétences numériques du Québec

Une vingtaine d'années après son arrivée au Québec, Google Canada célèbre l'ouverture officielle de l'espace Google Viger, un bureau axé sur la durabilité au centre-ville de Montréal. Et dans le but de renforcer le soutien à l'écosystème technologique du Québec, la société s'engage à verser 2,75 M$, incluant le maintien du soutien à Mila, l'élargissement des cours des certificats de carrière Google, et l'octroi de subventions Google.org à Digital Moment, NPower Canada et à d'autres organismes sans but lucratif locaux.

VMware ouvre un nouveau centre de recherche et d’innovation en intelligence artificielle à Montréal

La société d'infonuagique VMware annonçait hier l'ouverture du Centre de recherche et d'innovation VMware Next G-AI à Montréal. 

Partenariat entre SITA et trois importants aéroports canadiens

Un nouveau partenariat annoncé aujourd'hui entre trois des principaux aéroports du Canada vise à offrir aux voyageurs une expérience plus rapide et plus efficace par l'adoption d'une plateforme technologique commune.