Création d’une école d’intelligence artificielle appliquée à la santé

Le Centre hospitalier de l’Université de Montréal aura son école de formation continue pour les professionnels de la santé en matière d’utilisation de l’intelligence artificielle appliquée au domaine des soins de santé.

médecine, santé, intelligence artificielle
Image : Getty

Selon le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), son École de l’intelligence artificielle en santé du CHUM (ÉIAS) a été mise sur pied conjointement avec l’Université de Montréal et HEC Montréal, et son objectif, à partir de janvier 2019, sera « d’accompagner et de soutenir les acteurs du système de santé dans l’appropriation, l’implantation et la valorisation de l’intelligence artificielle ».

Le CHUM affirme que l’ÉIAS « traitera notamment des thèmes de l’acceptabilité (sociale, légale, éthique, etc.) de la transformation [par l’intelligence artificielle] des métiers, des professions, des pratiques et des équipes [de soins de santé], ainsi que de la transformation de l’organisation et du système de santé ».

Par exemple, selon le CHUM, qui se considère notamment comme étant un milieu d’expérimentation, l’intelligence artificielle pourrait être utilisée en imagerie médicale, en robotisation, en « analyse de données massives pour comprendre, détecter et traiter les maladies », pour « évaluer le volume cérébral pour la détection de la maladie d’Alzheimer », ainsi que pour « évaluer la fonction cardiaque, détecter des nodules pulmonaires et prédire des cancers ».

« L’École a comme objectif de soutenir les acteurs des systèmes de santé au sein de cette transformation en mettant à leur disposition les éléments nécessaires au changement de culture, de structure organisationnelle, de gestion et d’accompagnement des intervenants et de mesures d’impact, tout au long du processus de transformation », soutient aussi le CHUM.

Ce dernier ajoute que des professionnels indirectement liés au domaine de la santé pourront aussi y être inscrits, par exemple des professionnels des domaines de l’environnement, de l’alimentation, de l’urbanisme et de l’économie, et ce, quel que soit leur niveau de connaissance de l’intelligence artificielle.

Lire aussi :

Besoins de formation continue à prévoir en comptabilité et finance

Cinq orientations en intelligence artificielle retenues par Québec

McGill lance deux certificats en gestion de données

Articles connexes

Financement de la Caisse de dépôt pour eSentire

La Caisse de dépôt et placement du Québec a contribué à un financement de 325 millions de dollars américains qui a été accordé à l’entreprise de cybersécurité eSentire, basée à Waterloo en Ontario.

Système de simulation de capteurs automobiles lidar signé LeddarTech et dSPACE

LeddarTech dévoile un logiciel de simulation lidar conçu pour les développeurs de capteurs et de systèmes de perception.

Le groupe de vol de données RedCurl est de retour

Des responsables de la sécurité de l’information sont avertis de la résurgence d'un groupe qui se spécialise dans le vol de données commerciales.

Réduire le nombre d’hospitalisations à l’aide des technologies numériques

Des chercheurs en santé et des experts du milieu technologique montréalais lancent une initiative pour améliorer le suivi des patients atteints d'insuffisance cardiaque et de pathologies multiples.

Densitas : l’IA au service du dépistage du cancer du sein

L’entreprise canadienne Densitas, qui se spécialise en technologies pour le domaine de la mammographie numérique, a annoncé l’intégration de son logiciel Densitas Densityai à Nuance AI Marketplace. Cette plateforme américaine vise à mettre l’intelligence artificielle (IA) au service des radiologues.