Coup d’envoi de la 61e saison des Expo-sciences

Le Réseau Technoscience et ses organismes régionaux ont lancé ce mardi la 61e saison des Expo-sciences Hydro-Québec. Le programme des Expo-sciences, qui devait célébrer son 60e anniversaire l’an dernier, se déroulera de façon entièrement virtuelle cette année.

Image : Getty

Il sera possible de découvrir les projets des scientifiques du volet secondaire et collégial des quatre coins de la province lors des douze finales régionales, qui sont ouvertes au public.

« Certains présenteront le projet qu’ils avaient préparé pour l’édition 2020 alors que d’autres aborderont les découvertes qu’ils ont faites cette année. Ce sera une vitrine de choix pour les jeunes intéressés par la science et la technologie de partout au Québec », a souligné Beaudoin Bergeron, président du conseil d’administration du Réseau Technoscience, dans un communiqué transmis à Direction informatique.

Souhaitant être plus responsables à l’égard de l’environnement et diminuer son impact écologique, le Réseau Technoscience et ses organismes régionaux ont pris des mesures telles que la récupération du matériel initialement produit pour la 60e édition, le développement d’un programme-souvenir numérique plutôt qu’imprimé et l’adaptation de certaines fonctionnalités pour la réalisation des événements.

Lors des douze finales régionales virtuelles, qui se dérouleront en mars prochain partout au Québec, 125 projets du volet secondaire et collégial seront sélectionnés pour participer à la Super Expo-sciences Hydro-Québec. Cette grande finale québécoise se tiendra virtuellement du 22 au 25 avril. En mai viendront les finales régionales du volet primaire, qui seront également présentées en ligne.

Les thèmes abordés sont variés et reflètent souvent les préoccupations des exposants : enjeux environnementaux, maladies rares, phénomènes sociaux, utilisation des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle.

Articles connexes

Les avancées de l’IA au service de l’agriculteur

Lors de l'ouverture le mois dernier de Pace Port Toronto, le cinquième centre mondial de recherche et de co-innovation exploité par Tata Consultancy Services (TCS), K. Ananth Krishnan, directeur de la technologie de l'entreprise, a rappelé un conseil astucieux qu'il avait reçu un jour de son ami et mentor, le regretté Dr Clayton Christensen.

L’évolution de l’IA dans les cinq prochaines années : Eric Schmidt à Collision 2022

Dans le cadre de la conférence Collison 2022 de Toronto, l'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a partagé ses réflexions sur la direction que prend l'intelligence artificielle (IA) et les dangers auxquels elle est confrontée dans le cadre de son développement rapide.

Ottawa injecte 443 M$ dans la stratégie pancanadienne sur l’IA

Le gouvernement fédéral a annoncé cette semaine un investissement de 443 millions de dollars dans la deuxième phase de la Stratégie pancanadienne sur l'intelligence artificielle.

Un ingénieur de Google AI mis à pied dans la controverse

Blake Lemoine, un ingénieur principal de logiciel au sein de l'organisation Responsible AI de Google, est en mise à pied administrative au cœur d'une vague de controverses.

L’intelligence artificielle pour contrer la pénurie de main-d’œuvre

Un récent sondage de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés démontre que l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) au sein des organisations est faible. L'étude constate par ailleurs la présence de nombreux obstacles pour profiter du plein potentiel de l'IA.