Coup de pouce à l’environnement chez Toshiba du Canada


Jean-François Ferland - 24/03/2006

Le manufacturier lance le programme gratuit « Terre » pour la récupération des blocs-notes, des ordinateurs à main et des moniteurs ACL de n’importe quel fabricant.

Toshiba du Canada a indiqué qu’elle entamait le programme « Terre » (pour Toshiba Environmental Recycling and Recovery Effort), une initiative proactive de récupération de certaines composantes informatiques.

Ce programme, offert gratuitement alors que d’autres manufacturiers exigent des frais pour la cueillette et la récupération des systèmes désuets, vise à empêcher que ces composantes soient enfouies dans les dépotoirs et que leurs matériaux toxiques n’endommagent le sol ou les nappes phréatiques lors de leur bris.

Le programme Terre est limité aux ordinateurs portables, aux ordinateurs à main et aux moniteurs ACL, soit les types de composantes qui sont commercialisées au Canada par Toshiba.

« Toshiba, en tant qu’entreprise mondiale, est très préoccupée par l’environnement. L’entreprise a déployé d’importantes initiatives à cet effet au siège social au Japon en matière d’éco-efficacité et de la production de produits conformes aux règles de restriction des matières dangereuses (RoHS, pour Restriction of Hazardous Substances en anglais), qui sont bien en avance de la réglementation actuelle », explique Todd Smith, le directeur du marketing des produits chez Toshiba Canada.

« Nous tentons de promouvoir cette façon de penser vers les consommateurs dans d’autres marchés, dont celui du Canada, et lorsque nous avons réfléchi à la façon de le démontrer au Canada nous avons pensé que ce programme serait la meilleure façon d’y parvenir. »

Les individus sont invités à remplir un formulaire sur la page Web associée au programme Terre afin que les composantes soient cueillies par le service de messagerie UPS.

Les composantes seront démantelées par une entreprise répondant au standard ISO 14001, qui récupérera le plastique, le métal ainsi que les métaux précieux contenus dans les circuits imprimés.

Par ailleurs, cette initiative de récupération est offerte pour les produits de n’importe quel manufacturier, ce qui constitue une autre particularité distinctive du programme. Toutefois, l’entreprise est consciente que l’envoi de produits pour la récupération des matières ne résultera pas automatiquement en l’acquisition de nouvelles composantes auprès du manufacturier.

« Nous souhaitons donner une opportunité aux consommateurs de considérer les produits de Toshiba comme unité de remplacement, mais il serait naïf pour nous de penser qu’en recyclant un vieux produit, à chaque fois un produit de remplacement sera acquis de nous. Nous nous attendons d’ailleurs à ce qu’on nous envoie des produits qui sont périmés depuis plusieurs années », mentionne M. Smith.

« Mais nous espérons réellement que des produits qui sont dans des sous-sols depuis dix ans et qui n’ont aucune chance d’être opérationnels à nouveau soient récupérés au lieu d’être jetés dans un dépotoir, et souligner par la même occasion aux Canadiens que Toshiba est très préoccupée par l’environnement. »

Dans le cas où les composantes informatiques seraient encore fonctionnelles, Toshiba en recommandera l’envoi par les utilisateurs mêmes à des organismes caritatifs locaux.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+