Commission d’étude indépendante et publique sur l’informatique réclamée

De concert avec une partie du milieu politique, 17 organismes, dont FACIL, ainsi que le SPGQ, demandent une commission d’étude sur l’informatique.Logo du gouvernement du Québec

FACIL, qui est voué à l’appropriation collective de l’informatique libre, Hackons la corruption et l’Association science et bien commun font partie d’un collectif de dix-sept organisations civiles qui sont en faveur d’une commission parlementaire indépendante et publique sur l’octroi des contrats dans le domaine des technologies de l’information (TI) au gouvernement du Québec, telle que proposée le 23 octobre par le Parti québécois.

« Des pratiques dénoncées dans les médias depuis des années sont demeurées à ce jour inchangées : absence de réelle concurrence, présence des mêmes firmes qui se séparent l’essentiel des contrats publics, dépassements de coûts, retards dans les échéanciers de livraison, dépendance du gouvernement envers les firmes privées et insuffisance des mesures visant à accroître l’utilisation des logiciels libres », affirme le collectif.

Ainsi, selon le collectif, « dépassé par l’ampleur du gaspillage et jusqu’ici incapable de juguler la perte d’expertise de la fonction publique, le gouvernement doit ouvrir la porte à une aide extérieure », afin de venir à bout de « stratagèmes collusoires » dévoilés par les médias et enquêtés par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en imposant des pénalités « significatives ».

De son côté, le Syndicat des professionnel(le)s du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce « l’embauche de consultants à fort prix », des « dépassements de coûts inexpliqués », « une présence trop importante du secteur privé dans la gestion des contrats informatiques » et un « gaspillage des fonds publics ».

Selon le SPGQ, l’Ontario aurait « transformé des consultants privés en employés du secteur public » et il faudrait considérer cette option comme piste de solution. À son avis, « l’expertise des professionnels de l’État doit devenir un rempart contre les dépenses abusives qui vont dans les poches d’entreprises milliardaires » et il faudrait attirer la main-d’œuvre au sein de la fonction publique avec des « conditions de travail concurrentielles ».

Lire aussi :

FACIL veut une enquête publique sur les contrats publics en informatique

Dépassements de coûts en TI: Le SFPQ réclame une enquête publique

Un plus grand accès au marché public pour les PME des TIC

Articles connexes

Une étude d’Aptum explore la meilleure façon de lutter contre les coûts imprévus de l’infonuagique

Le fournisseur de services gérés hybrides multi-nuage Aptum publiait la semaine dernière la troisième partie de son étude annuelle sur l'impact de l’infonuagique 2022, le principal point à retenir étant que l’infonuagique a entraîné des coûts plus élevés que prévu pour 73 % des décideurs informatiques interrogés.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.

Le Québec a besoin de plus de superordinateurs, selon le Forum IA Québec

Augmenter le nombre de superordinateurs à la disposition des chercheurs en intelligence artificielle permettrait au Québec de devenir encore plus concurrentiel en cette matière, selon le Forum IA Québec.

Un transfert de licences de Shaw vers Rogers nuirait à la concurrence, selon le fédéral

Rogers n'obtiendra pas les licences de services sans fil de Shaw, a déclaré le ministre fédéral de l'Innovation, François-Philippe Champagne.

Des entreprises s’attendent à de l’aide de l’État pour investir dans des technologies propres

Neuf dirigeants sur dix de moyennes entreprises du Canada ayant répondu à un sondage produit par KPMG se disent préoccupés par les répercussions du conflit en Europe sur l’économie, l’industrie et les entreprises.