CIA-Sinapse change de nom

CIA-Sinapse, entreprise de services-conseils dans les domaines des technologies de l’information et de la gestion des organisations, change de nom et devient Alithis.

La société dont le siège social est à Québec a procédé à ce changement de nom à la suite de l’ouverture d’un premier bureau en sol américain, à Boston : « À notre arrivée à Boston, nous avons eu des problèmes légaux liés à la présence du mot CIA dans le nom de la société, alors nous avons pris la décision de changer le nom de l’entreprise afin d’éviter toute confusion », a déclaré le président et chef de la direction d’Alithis, Paul Raymond, à l’occasion de la 34e Journée de l’informatique du Québec (JiQ), qui a eu lieu lundi au Centre des Congrès de Québec.

CIA-Sinapse change de nom et devient Alithis, un terme qui signifie « vrai » en grec.

 

Le changement de nom vise à éviter de confondre CIA-Sinapse avec la Central Intelligence Agency (Agence centrale de renseignement) américaine, qui utilise également le sigle CIA.

L’événement organisé par la section de Québec du Réseau Action TI comptait 1 707 inscriptions, un record.

M. Raymond a également expliqué qu’Alithis signifie « vrai » en grec et est facile à prononcer tant en français qu’en anglais.

Ouverture de bureaux à Calgary et Vancouver

En plus de son changement de nom, Alithis va ouvrir des bureaux à Calgary et Vancouver d’ici la fin de 2012 à la suite de la « signature de nouveaux contrats prometteurs. » Les noms des clients n’ont pas été révélés.

« À court terme, nous prévoyons créer un total d’une cinquantaine d’emplois dans ces deux bureaux. D’ici un an, nous espérons y compter une centaine de travailleurs », ajoute Paul Raymond.

Alithis compte actuellement 500 employés et gestionnaires à Québec, Montréal, Ottawa-Gatineau et Toronto au Canada, Paris, Sophia-Antipolis et Aix en Provence en France et Boston aux États-Unis.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.