Chercher des logiciels en ligne pourrait être dangereux

Dans le cadre d’une étude dont les résultats ont récemment été dévoilés, Surfshark a analysé les résultats de recherche obtenus en cherchant des logiciels populaires. Ceux-ci ont de quoi faire frémir. En effet, les résultats de recherche pour certains logiciels comportaient jusqu’à 64 % de liens vers des sites propageant des logiciels malveillants. 

C’est la recherche pour les logiciels Avid qui semble la plus dangereuse, une recherche pour « Avid software » ayant retourné 64,4 % de liens potentiellement dangereux.

La méthodologie employée par Surfshark est simple. La société a d’abord établi une liste des logiciels les plus populaires divisée en cinq catégories : médias sociaux, navigateurs web, crypto-portefeuilles, petites entreprises et créativité. Elle s’est servie de la vaste base de données de softwareadvice.com pour déterminer les plus populaires.

Elle a ensuite lancé des recherches Google en utilisant les noms des logiciels jumelés au termes « download » et « torrent ». Elle a finalement analysé les cinq premières pages de résultats à l’aide d’un détecteur de logiciels malveillants. Tous les résultats identifiés comme présentant un risque moyen ou plus élevé ont été considérés comme potentiellement dangereux. 

Toutes catégories confondues, le tiers des résultats de recherche sont risqués et six recherches ont retourné plus de 50 % de liens potentiellement dangereux. Il s’agit de recherches pour Avid software (64,4 %), Substance 3D Printer (57,32 %), Sketch software (56,38 %), Substance 3D Stager (56,25 %), Maxon Cinema 4D (55,1 %)  et V-Ray (53,76 %)

C’est la catégorie créativité qui affiche les pires résultats, Avid software en faisant partie.

Dans la catégorie média sociaux, c’est Twitter qui est en tête alors que 48,3 % des résultats de recherche contenaient potentiellement des logiciels malveillants. 

La catégorie des logiciels pour les petites entreprises est dominée par l’outil de gestion de la main-d’œuvre Hubstaff avec 44,3 % de résultats de recherche potentiellement dangereux.

Lumi Wallet avec 47.1 % de résultats douteux trône au sommet des crypto-portefeuilles alors que le sommet de la catégorie navigateurs web est occupé par le navigateur Vivaldi, avec 39,53 % de résultats inquiétants.

Fait quelque peu préoccupant : la plupart des principaux navigateurs web – Microsoft Edge (32,58 %), Safari (30,23 %), Opera (30,12 %), Chrome (29,87 %, Brave (23,60 %), etc. – font partie des 10 navigateurs dont la recherche est la plus risquée.

Afin de se protéger, Surfshark y va de 5 judicieux conseils :

  1. Toujours s’en tenir à des sources fiables.
  2. Privilégier des sites sécurisés (https:// au lieu de http://).
  3. Assurez-vous que votre navigateur est à jour.
  4. Choisissez un bloqueur de publicité de confiance pour aider à stopper les logiciels malveillants.
  5. Munissez votre ordinateur d’un antivirus de qualité et gardez-le à jour.

Les résultats complets de l’étude (en anglais) sont disponibles sur le site web de Surfshark.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Un Montréalais soupçonné d’être derrière le logiciel malveillant Golden Chickens

Selon une enquête menée par une société canadienne de services de sécurité gérés, l'un des cybercriminels à l'origine de la suite de logiciels malveillants Golden Chickens, qui serait préféré par trois grands gangs de cybercriminels russes, vit à Montréal.

Des CV infectés envoyés à des recruteurs, prévient eSentire

Des chercheurs de eSentire indiquent dans un rapport que des entreprises canadiennes sont parmi les cibles récentes de logiciels malveillants propagés dans des Curriculum-Vitae envoyés avec des demandes d’emploi.

Rançongiciels : les entreprises au Canada paieraient la rançon une fois sur deux

Selon un sondage, un peu plus de la moitié des organisations du Canada qui ont été ciblées avec des rançongiciels ou des logiciels malveillants et qui ont répondu au sondage ont payé les sommes exigées par les cybercriminels.

Microsoft corrige un bogue du Nouvel An dans Exchange

Microsoft s'empresse de corriger un bogue qui bloque des courriels dans son serveur de courrier électronique Exchange.

Attention aux attaques de logiciels malveillants en deux étapes en 2022

Les attaques de logiciels malveillants en deux étapes observées en 2021 se propageront en 2022, selon un rapport de Sophos qui traite des risques que les organisations devront probablement affronter au cours de 2022.