Caméras corporelles et policiers : une consultation publique?

Projet Montréal, l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville de Montréal, réclame la tenue d’une consultation publique sur l’encadrement des caméras corporelles dont devraient prochainement être équipés les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).Logo de la Ville de Montréal

« L’intention du nouveau chef du SPVM, Philippe Pichet, d’équiper ses policiers de caméras corporelles dans le cadre d’un projet pilote doit pousser l’administration Coderre à s’interroger sur les règles qui encadreront les enregistrements faits par ces caméras et le visionnement des images qui seront ainsi captées », a indiqué, par communiqué, Alex Norris, vice-président de la Commission de la sécurité publique.

Des projets pilotes de port de caméras corporelles par des policiers sont déjà à l’œuvre dans d’autres villes canadiennes, dont Toronto et Calgary. L’objectif serait de dissuader les agressions contre les policiers mais aussi la brutalité policière. Sauf que cette perspective suscite des questions.

« Les caméras corporelles et la technologie de reconnaissance faciale qui l’accompagne soulèvent de nombreux enjeux légaux en matière de protection de la vie privée, notamment, a souligné François Limoges, leader adjoint de Projet Montréal. Il faut éviter les approximations dans un dossier aussi délicat et réfléchir tout de suite aux règles qui doivent être adoptées. »

Au conseil municipal du 26 octobre, Projet Montréal devrait donc présenter une motion demandant au comité exécutif de mandater la Commission de la sécurité publique afin que soit organisée une consultation publique sur l’encadrement des caméras portatives portées par les policiers du SPVM.

Lire aussi :

Le maintien de l’ordre à l’heure du nuage informatique

Caméras de surveillance et détecteurs aériens financés par Ottawa

Caméras corporelles et corps de police

Articles connexes

Pourquoi appeler la police après une cyberattaque ? Parce qu’ils attendent votre appel

Il existe de nombreuses raisons de signaler une cyberattaque réussie à votre service de police local. Le constable enquêteur Doug MacRae, de la section de la cybercriminalité de la Police régionale de York en Ontario a le meilleur : « Vos impôts paient notre salaire », a-t-il déclaré aux pros de la sécurité des TI lors d'une conférence le mois dernier, « alors utilisez-nous ».

Vers un traitement accéléré de demandes policières d’accès aux données

Le Canada et les États-Unis préparent un traité pour accélérer les demandes policières d'accès aux données détenues par des entreprises technologiques.

Projet de loi de Québec sur le déploiement de bracelets antirapprochements

Les bracelets antirapprochements par géolocalisation doivent permettre de lutter contre la violence conjugale et les féminicides, selon le gouvernement.

Québec ordonne à Clearview AI de détruire les images qu’elle a recueillies sans consentement

La Commission d’accès à l’information du Québec rappelle à l’entreprise étasunienne Clearview AI qu’elle ne peut plus recueillir par reconnaissance faciale ni utiliser des images de Québécois sans leur consentement.

Une enquête canadienne et américaine mène à des accusations de cybercriminalité

Une enquête policière canadienne et américaine a mené à des accusations de cybercriminalité contre un homme d’Ottawa.