Caméras corporelles et corps de police

Les ombudsmans et les commissaires fédéraux, provinciaux et territoriaux pour la vie privée publient un document d’orientation sur l’utilisation des caméras corporelles en contexte d’application de la loi.Les lunettes Google Glass

Selon le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et d’autres défenseurs du droit à la vie privé et de la protection des renseignements personnels, les organismes responsables du respect de la loi, comme la GRC, sont encouragés à tenir compte du respect de la vie privée et de la protection des renseignements personnels avant de doter leurs agents de caméras corporelles.

Les organismes de défense de la vie privée du Canada affirment que les caméras corporelles qui sont fournies aux agents comportent des risques « importants » au niveau du respect de la vie privée et que le document qu’ils proposent vise à faire réfléchir les corps de police et à leur faire élaborer des politiques et des procédures sur leur utilisation.

« Les organismes responsables de voir au respect de loi doivent évaluer, avant d’adopter un programme de caméras corporelles, si les retombées attendues l’emportent sur les répercussions sur la vie privée et la protection des renseignements personnels, qui peuvent être atténuées », soutiennent les commissaires et les ombudsmans.

En plus de déployer des projets pilotes, les commissaires et les ombudsmans recommandent aux organismes d’application de la loi d’informer le public de tout nouveau programme de caméras corporelles et de faire en sorte que les agents informent les personnes quand ils enregistrent des sons et des images.

Également, les enregistrements devraient être protégés par des méthodes comme le chiffrement, l’accès restreint et des périodes de conservation strictes. De plus, les agents devraient s’assurer d’enregistrer le moins possible des passants anodins et leurs interactions.

Lire aussi :

Sécurité nationale et protection de la vie privée

Infonuagique et vie privée : je t’aime moi non plus!

Vie privée : les applications mobiles dans la mire du GPEN en 2014

Articles connexes

Mise à jour d’OpenSSL pour corriger une vulnérabilité critique

Le projet OpenSSL publiera le 1er novembre un correctif pour une vulnérabilité critique de sa bibliothèque de sécurité open source, un événement rare auquel les développeurs d'applications et les administrateurs système devraient prêter attention.

Le NIST identifie quatre outils de chiffrement résistant au quantique

Le National Institute of Standards and Technology (NIST) des États-Unis a choisi le premier groupe d'outils de chiffrement qui, selon lui, résistera à l'assaut d'un futur ordinateur quantique, une décision saluée par la cyberagence du gouvernement canadien.

Mordre à l’hameçon peut avoir un coût amer

Mordre à un courriel hameçon a mené à une attaque par rançongiciel paralysante en Irlande.

La GRC en quête d’un système de déchiffrement

La Gendarmerie royale du Canada veut un système de déchiffrement de données chiffrées saisies lors d'enquêtes et le gouvernement fédéral lance un appel de propositions pour lui en trouver un.

Des mots de passe non hachés stockés par Google depuis 2005

Google a admis avoir stocké des mots de passe sans les avoir hachés, une méthode pour aller au-delà du chiffrement pour sécuriser des données.