BMO veut combler le fossé de la main-d’œuvre technologique en attirant des candidats de tous les horizons

BMO Groupe financier (BMO) s’engage à se concentrer sur le recrutement et l’intégration de professionnels de la technologie issus de divers horizons afin de combler son déficit de main-d’œuvre technologique et de répondre aux besoins d’une population diversifiée dans une nouvelle ère de travail.

Il n’est pas seul. Selon les recherches de Gartner, la demande de main-d’œuvre technologique a augmenté rapidement depuis le début de la pandémie de COVID-19, et les taux d’attrition élevés combinés au besoin de travailleurs techniques pour soutenir les initiatives de transformation numérique ont abouti à un marché concurrentiel.

« Nous examinons vraiment de nombreuses stratégies différentes pour accroître notre main-d’œuvre technologique », a déclaré Rebecca Tascona, responsable de la stratégie et des opérations des plateformes client, Services bancaires aux particuliers, aux entreprises et gestion de patrimoine d’Amérique du Nord. « Nous avons une stratégie ambitieuse sur cinq ans et le numérique est absolument au centre de celle-ci. »

Rebecca Tascona

Elle précise que BMO crée des centres technologiques en Amérique du Nord dans des endroits comme Dallas au Texas, Charlotte en Caroline du Nord et Jacksonville en Floride, ainsi qu’à Montréal et Calgary. L’entreprise prévoit embaucher au moins 250 personnes dans ces zones d’expansion en 2022 et jusqu’en 2023.

Elle a également ajouté que BMO a des postes ouverts dans une variété de domaines technologiques et opérationnels. 

« Que vous soyez ingénieur infonuagique, développeur de logiciels, architecte de solutions d’analyse de données, exploitation ou DevOps, nous avons tellement d’occasions différentes pour quelqu’un de se joindre à BMO et de faire progresser sa carrière. 

La société lance également des initiatives pour attirer davantage de femmes dans le monde de la technologie. Son groupe d’employées Women in Technology and Operations encourage les opportunités de croissance pour les femmes et propose des sessions de formation aux membres de l’équipe pour entendre des femmes inspirantes dans le domaine de la technologie. 

« Il s’agit donc de s’assurer, que ce soit par le mentorat, l’éducation ou la formation continue, que nos femmes en technologie obtiennent un accès et un soutien pour continuer à bâtir leur carrière et à poser des questions pour leur propre développement », a déclaré Tascona. 

BMO a également récemment signé un parrainage de « partenaire fondateur » du Black Professionals in Tech Network (BPTN), la plus grande organisation d’Amérique du Nord dédiée à soutenir les professionnels noirs de la technologie et des affaires, pour se connecter avec les professionnels noirs de la technologie. Son objectif est d’accélérer les parcours vers les carrières technologiques et d’augmenter les opportunités pour les professionnels noirs des services financiers

« Cela permet aux professionnels noirs de la technologie d’entendre d’autres leaders noirs de la technologie. Et également miser sur leur évolution de carrière. C’est une façon incroyable de se connecter et d’accueillir de nouveaux talents dans notre organisation », a-t-elle déclaré. 

Enfin, Tascona a expliqué comment BMO retient et perfectionne ses employés pour répondre aux nouveaux besoins du monde du travail post-pandémique.

BMO propose un programme axé sur les certifications infonuagiques Amazon Web Services pour les membres de son équipe afin de maintenir leurs compétences à jour dans un environnement technologique en évolution. 

De plus, elle a déclaré que la société s’associait également à Pluralsight  une société de formation pour les professionnels de la technologie. 

« Elle évalue nos talents et leurs compétences techniques, puis les associe à des plans de développement et d’apprentissage personnalisés », a-t-elle déclaré.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

Les organisations devraient utiliser une stratégie de gestion des talents basée sur les compétences

Alors que les leaders technologiques luttent pour attirer les talents, ils doivent créer une organisation adaptative qui développe et applique les connaissances et les compétences pour stimuler la résilience, a révélé une nouvelle étude Forrester 

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.

Hootsuite licenciera 30% de son personnel

Hootsuite Inc. a annoncé mardi qu'elle licencierait 30 % de son personnel en raison d'une restructuration mondiale.

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

Les générations Y et Z changent la main-d’œuvre technologique

Les générations Y et Z représenteront plus de la moitié de la main-d'œuvre technologique d'ici 2025, selon le Forum économique mondial.