Quand la perturbation technologique menace

26/03/2014

Delphine Pramotton

Delphine Pramotton

Il y a eu l’arrivée d’ARPANET en 1966 (qui deviendrait plus tard Internet) puis celle du microprocesseur en 1971, suivi peu après de l’ordinateur personnel. Puis il y a eu le World Wide Web en 1989, Facebook en 2004 et le premier iPhone en 2007.

Nous vivons une révolution technico-sociale sans précédent depuis l’avènement d’Internet. La conjonction simultanée et ultra-rapide de progrès significatifs en matière  d’infonuagique, d’impression 3D, d’informatique mobile, de médias sociaux, de  génomique, de réalité augmentée, de biométrie et de données analytiques vient perturber l’économie de marché actuelle jusqu’à son point de rupture.

Ces nouvelles technologies perturbatrices (disruptive) redistribuent les cartes sur le marché et les leaders d’hier, empêtrés dans les méandres de leurs mainframes ancestraux et de leurs tentacules, pourraient bien ne pas être les leaders de demain s’ils ne s’adaptent pas très rapidement à cette mutation profonde et incroyablement rapide.Illustration du concept de dérangement

Que ce soit dit, la transformation numérique est en train de révolutionner brutalement le marché et créera des faillites si l’innovation, le financement et l’efficacité ne sont pas au rendez-vous. En sont témoins quelques secteurs mis à mal :

La vidéo

Blockbuster n’a pas su voir venir le marché de la vidéo en ligne contrairement à Netflix, qui a su offrir la lecture en continu (streaming) en ligne au bon moment. La télévision traditionnelle commence également à souffrir de la concurrence d’Internet et des supports portables. Le marché des annonceurs et des publicitaires est complètement en train de se redéfinir.

Le livre

L’arrivée du livre numérique bouscule les grandes sociétés d’édition, concurrencées par Amazon, l’Apple Store et les lecteurs électroniques. L’industrie du papier et les imprimeurs voient leurs commandes diminuer, avec la dématérialisation. Des magazines disparaissent, tandis que de petits éditeurs numériques spécialisés, qui commencent à fleurir sur Internet, pourraient bien sortir leur épingle du jeu.

La photographie et la téléphonie mobile 

L’arrivée du téléphone intelligent, qui intègre la photo et la vidéo, a mis à genoux des géants de la photographie tels que Kodak et Olympus, qui ont mal à s’en remettre. Research In Motion, rassemblée sous la marque Blackberry depuis janvier 2013, a été sérieusement atteinte par la concurrence des autres téléphones intelligents tels que l’iPhone d’Apple et le Galaxy de Samsung.

L’industrie manufacturière

L’industrie manufacturière est en train de subir un véritable raz-de-marée avec l’arrivée simultanée d’un tas de nouveaux procédés sur le marché qui vont redéfinir la logistique et les réseaux de distribution. On pense notamment à l’impression 3D, la robotique avancée, les capteurs numériques, le RFID, la biométrie…

Le marché de l’automobile, quant à lui, est également sérieusement bousculé. Il est à prédire que l’arrivée de la voiture connectée, comme le Google Car, va faire des ravages.

Ces accélérateurs technologiques opèrent non seulement une transformation numérique, mais l’ampleur de cette transformation est telle qu’elle touche à la totalité des ressources du système d’information : les applications, les données, les infrastructures, l’organisation, les installations, etc. Dans bien des cas, elle touche le cœur de l’entreprise et la pérennité de son modèle d’affaires.

Il devient donc urgent de considérer autrement la gouvernance des systèmes d’informations, la création de valeur et la gestion des investissements en technologies de l’information. Loin d’être uniquement technologique, cette révolution remet à plat les rôles et responsabilités des acteurs au sein de l’entreprise, mais également le rapport au consommateur.

Pour y faire face, certaines entreprises ont déjà amorcé leur transformation numérique en nommant, dans leur comité de direction un responsable du numérique (Chief Digital Officer) qui est en charge de cette transformation.

Et en parallèle, avec le recours accru à l’impartition et l’accroissement de l’hébergement externe, l’impact sur les ressources sera énorme, ce qui redessinera le marché des TI dans les années à venir.

Vous n’êtes toujours pas convaincus de la perturbation technologique en cours? Je vous invite à consulter ceci :

Et vous, avez-vous évalué l’impact de ces technologies perturbatrices sur votre modèle d’affaires? Envisagez-vous de recourir à un responsable du numérique (Chief Digital Officer) ?


Tags: , , ,
Delphine Pramotton

Delphine Pramotton

Delphine Pramotton est associée principale au sein du cabinet Pradel Conseil, stratégie et management des TI.
Google+ WWW