Projets informatiques publics – Évoluer pour survivre?

21/10/2014

Laurent Bounin

Laurent Bounin

BLOGUE – De nos jours, les gestionnaires en technologies de l’information font face à un dilemme de taille qui est de fournir plus de services avec des budgets de plus en plus restreints.

Malgré cela, certaines organisations continuent d’investir massivement dans des projets informatiques sans lendemain ou encore ne cessent de réinventer la roue. D’autres, au contraire, s’adaptent et adoptent des approches innovantes qui leur permettent de répondre avec brio à ce dilemme grandissant.

Le domaine public, de par la nature de son financement, subit une pression d’autant plus forte. Plusieurs initiatives innovantes émanent donc de ce secteur. J’en identifie deux dans ce billet qui permettent aujourd’hui à plusieurs institutions publiques de fournir de meilleurs services, tout en réduisant la facture numérique.

1 – Adopter une approche fédérée pour mutualiser les ressources

Illustration du concept d'évolution

(Image : Thinkstock)

Ce concept ne date pas d’hier, bien au contraire. En effet, beaucoup d’initiatives ont déjà vu le jour. L’Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales, ou ADULLACT (1), est probablement celle qui bénéficie du plus important rayonnement à l’international.

L’ADULLACT a été créée le 24 septembre 2002, en France, avec pour objectifs de soutenir et coordonner l’action des administrations publiques et des collectivités territoriales dans le but de promouvoir, développer, mutualiser et maintenir un patrimoine commun de logiciels libres qui sont utiles aux missions de service public.

En 2013, l’association comptait quelques 230 adhérents, dont des villes, des régions et des départements.

2 – Standardiser sans créer de monopole

Seul le logiciel libre représente une solution viable dans cette approche, car il n’est la propriété intellectuelle d’aucun éditeur.

Plusieurs entreprises locales peuvent donc articuler leur offre de services autour de cette technologie éliminant ainsi toute possibilité de monopole et contribuant à l’essor économique de leur pays.

Un exemple récent de cette approche est la Ville de Los Angeles, qui a annoncé que l’administration standardisait ses sites sur le gestionnaire de contenu Drupal. Ce choix permet tout d’abord de simplifier l’informatique municipale, mais également d’accélérer les déploiements sans jamais réinventer la roue (2).

Je concluerai ce billet en citant Charles Darwin, l’homme à la base de la théorie de l’évolution :

« […] la lutte pour l’existence se renouvelle à chaque instant, il s’ensuit que tout être qui varie quelque peu que ce soit de façon qui lui est profitable a une plus grande chance de survivre ».


Tags: , , , , , , , , ,
Laurent Bounin

Laurent Bounin

Laurent Bounin est responsable du développement des affaires chez Acquia. Il évolue dans l’industrie du logiciel libre depuis 8 ans.
Google+ WWW