Deux cas d’exception où l’infonuagique n’aide pas

19/11/2014

André Giroux

André Giroux

BLOGUE – Contrairement à ce que nous pensions presque unilatéralement, dans certains environnements, l’infonuagique handicape la valeur d’une entreprise.Illustration du concept d'infrastructure d'infonuagique

Croyez-le ou non, nous avons récemment rencontré deux clients qui ne voulaient rien savoir de dépenses d’exploitation en infonuagique. C’est-à-dire, dans leurs cas, qu’ils ne voulaient pas aller en infonuagique.

Rassurez-vous, il s’agit heureusement de cas d’exception!

Cependant, effectivement, certains environnements ne sont pas propices à l’utilisation de l’infonuagique, et ce, non pas en raison des questions comptables, fonctionnelles ou culturelles, mais bien pour des raisons relatives à la valeur de l’entreprise.

Premier cas

Le premier cas concerne une entreprise de services qui possède et gère des résidences pour les retraités. Advenant la vente de l’une de ces propriétés, c’est-à-dire de l’immeuble et de son achalandage (les résidents), la valeur que ce client obtiendra tiendra compte de dépenses mensuelles de la résidence.

Autrement dit, pour ce client, moins il y a de mensualités, mieux c’est! Dans un cas comme celui-là, le fournisseur de solutions peut payer le plus possible l’ensemble des ressources qui sont nécessaires à la transition vers l’infonuagique, afin de ne pas laisser entrevoir des dépenses mensuelles élevées. La logique : moins la solution est dispendieuse par mois, mois elle est « compliquée », et plus elle est rentable. Évidemment, d’autres raisonnements entrent en ligne de compte pour une telle transaction! Sauf que d’emblée, le client avait dit : « j’aime le modèle infonuagique, mais je ne peux pas ».

Deuxième cas

Un autre client, de beaucoup plus grande taille, voit la valorisation de son entreprise à travers le ratio d’exploitation. En d’autres mots, se dit-il, combien coûte en dollar(s) de vendre ce dollar de service? Dans son cas, plus il a de dépenses non amorties, plus il paraît mal!

Ainsi, utiliser l’infonuagique ne fait qu’aggraver sa situation, au même titre que transformer tous ses types de dépenses en dépenses d’exploitation. Heureusement, il existe des avantages importants à utiliser l’infonuagique, en particulier l’agilité qu’elle procure pour tester des environnements, pour confirmer ou infirmer des hypothèses, etc. Donc, ce ne sont pas des facteurs émotionnels, mais une force de marché qui oblige ce client à faire attention à la manière dont il utilise la technologie. De plus, étant public, ce même ratio est comparé avec celui d’autres entreprises similaires. On regarde donc ce ratio de très près.

Ce fut donc une surprise pour nous de voir que l’infonuagique pouvait encore être une source d’évaluation négative! Encore une fois, pas en raison d’approches unilatérales, mais quand même.

Dans votre contexte, peut-être partiel ou global, il y a peut-être des occasions où l’infonuagique peut apporter à la fois des avantages et des désavantages à l’entreprise. Mais dans les cas présentés ci-dessus, la valeur même de l’entreprise est affectée.

Connaissez-vous d’autres exemples de ce type de situation?


Tags: , , , , , , , , , , , ,
André Giroux

André Giroux

André Giroux est vice-président, Ingénierie d’affaires et Technologies cloud computing chez SimplicITI.


Google+