BlackBerry relance Messenger pour Android et IOS… avec une file d’attente

Les personnes qui n’avaient pas souscrit à une liste d’envoi, lorsque les problèmes sont survenus en septembre, devront attendre le feu vert de BlackBerry pour utiliser Messenger.Logo de BlackBerry

Le fournisseur technologique canadien BlackBerry, qui avait mis en veilleuse la parution de l’application de messagerie Messenger sur les plateformes Android et iOS à la suite de la parution d’une version non autorisée de l’application pour Android, le 21 septembre dernier, annonce la disponibilité des versions officielles du logiciel.

Dès maintenant, les personnes qui désirent utiliser le service Messenger de BlackBerry peuvent télécharger une application mobile par le biais des boutiques Google Play de Google et App Store d’Apple et de certaines boutiques d’applications de Samsung.

BlackBerry précise que les « millions » de personnes qui ont inscrit leurs coordonnées dans une liste d’envoi, lorsque la parution des applications Messenger a été reportée, peuvent dès maintenant utiliser le réseau BBM.

Toutefois, comme l’explique un billet de blogue qui a été publié par Andrew Bocking, de BlackBerry, les personnes qui n’ont pas procédé à leur inscription dans cette liste d’envoi doivent inscrire une adresse de courriel dans un champ qui apparaît à l’écran lors de l’installation de l’application. Cette adresse de courriel sera utilisée pour établir une « file d’attente » pour l’utilisation du réseau BBM. Lorsque l’adresse de courriel sera rendue à l’avant de la file, BlackBerry lui enverra un courriel à l’inscrit pour l’aviser qu’il peut utiliser le réseau de messagerie.

Cette approche vise probablement à prévenir un affaissement du réseau BBM en raison d’une quantité élevée d’utilisation initiale de ses services par les appareils à plateforme Android et iOS.

Rappelons que les personnes qui avaient téléchargé et installé l’application pour la plateforme iOS avant la suspension de la diffusion des applications mobiles, en septembre dernier, avaient pu continuer à en faire l’utilisation. Toutefois, quelque 1,1 million de personnes qui avaient téléchargé la version non autorisée de l’application pour Android n’avaient pu l’utiliser sur le réseau BBM.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Nouvelle plateforme basée sur l’IA pour aider les PME à prospérer

Cubeler est un portail d’affaires pour aider les PME à réaliser leur potentiel de croissance. Cette plateforme gratuite sur inscription permet aux PME de faire face au changement et d’accélérer leur croissance. d’accélérer la recherche de financement, d’accéder à des perspectives stratégiques sur le marché, de réseauter avec d’autres PME et de créer des publicités hautement ciblées pour promouvoir leurs produits et services.

Certains modèles de téléphones IP Cisco présentent une vulnérabilité très grave

Plusieurs modèles de téléphones IP de Cisco Systems présentent une vulnérabilité de haute gravité, a reconnu la société, mais un correctif ne sera pas disponible avant janvier.

LastPass admet un nouveau piratage, des données clients auraient été exposées

Des informations que les pirates ont obtenues lors d'un piratage en août du fournisseur de gestion de mots de passe LastPass ont été utilisées pour compromettre à nouveau l'entreprise, a reconnu son PDG.

La FCEI lance l’Académie de la cybersécurité pour les petites et moyennes entreprises

Un programme de formation en ligne sur la cybersécurité destiné aux petites et moyennes entreprises canadiennes fait ses débuts aujourd'hui, des mois après son lancement

Le gouvernement du Canada investit dans MEDTEQ+ pour financer des technologies d’avant-garde

Le gouvernement du Canada annonce un investissement de 47 millions de dollars par l'entremise du Fonds stratégique pour l'innovation afin d’appuyer le réseau envisAGE de MEDTEQ+, un projet de 154 millions de dollars, mis en place en collaboration avec AGE-WELL, un réseau national qui développe des technologies et des services pour faciliter un vieillissement en bonne santé.