BlackBerry met à pied 250 travailleurs

BlackBerry a mis à pied 250 travailleurs de son centre d’essai de nouveaux produits à Waterloo, en Ontario.

Logo de BlackBerryLes employés du département de recherche et développement auraient reçu un avis de la part de la compagnie mardi dernier. Mercredi, cet avis a été confirmé.

BlackBerry est au centre d’une période financière trouble selon CTV News. Dans un effort de restructuration, elle avait mis à pied près de 5 000 employés l’année dernière. Thorsten Heins, le dirigeant de l’entreprise, affirmait être dans une « transition complexe » lors de la dernière assemblée générale annuelle.

Lire la suite de l’article sur le site de CTV News (en anglais)

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

L’Ontario alerte 360 000 citoyens que leurs renseignements personnels auraient étés dérobés

Douze mois après que la police eut accusé deux hommes d'avoir compromis le système de gestion des vaccins contre la COVID-19 de l'Ontario, la province a identifié et a commencé à informer les 360 000 résidents dont les données personnelles ont été dérobées.

Le syndicat des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario informe les victimes d’une attaque par rançongiciel

Certains enseignants, membres du personnel et retraités des écoles secondaires publiques de l'Ontario ont été avisés que leurs renseignements personnels avaient été copiés par un pirate informatique dans le cadre d'une attaque par rançongiciel contre les systèmes informatiques de leur syndicat au printemps dernier.

La souche de rançongiciel ARCrypter expliquée par BlackBerry

Une nouvelle souche de rançongiciel a été détectée par des chercheurs de BlackBerry qui affirment qu'elle aurait frappé des organisations au Canada, en Chine, au Chili et en Colombie.

Plus de poursuites judiciaires probables dans l’affaire de divulgation de documents de Waterloo, affirme un expert

Une récente affaire de divulgation de documents qui a forcé TextNow Inc. de Waterloo en Ontario à nommer deux de ses abonnés accusés d'avoir terrorisé les employés de la société de jeux Bungie Inc. pourrait entraîner de nouvelles poursuites civiles ou pénales contre ceux-ci, affirme l'avocat spécialisé en cybersécurité Imran Ahmad.

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.