Bilan annuel et quasi-épilogue chez Look Communications


Jean-François Ferland - 08/12/2009

Le fournisseur de services multimédias sans fil, qui a vendu la majorité de ses actifs en 2009, rapporte les résultats financiers de sa probable dernière année d’existence. Les 12 années d’existence de Look auront été jalonnées d’expansions et de restructurations.

L’entreprise Look Communications, qui offrait jusqu’à récemment des services multimédias sans fil au Québec et en Ontario depuis la fin des années 90, rapporte des revenus de 12,5 M$ pour son année financière 2009 qui a pris fin le 31 août dernier. Les revenus de l’année financière précédente étaient de 16,8 M$.

Des coûts de vente et de frais de fournisseurs de 7,2M$, des dépenses d’exploitation de 37,9 M$ et un déboursé de 5 M$ lié à la perte d’un litige avec Bell ont été contrebalancés par des gains de 79,7 M$ pour la vente de spectre, d’une licence de diffusion et des activités Internet de l’entreprise. Ainsi, Look rapporte un bénéfice net de 45,5 M$ pour l’année financière 2009, contre une perte nette de 7,3 M$ douze mois plus tôt.

Le bénéfice net de 45,5 M$ aura permis à l’entreprise de réduire son déficit de 51,4 M$ à 5,9 M$. L’entreprise détient une perte fiscale de 360 M$.

Liquidation d’actifs

L’événement marquant de l’année financière 2009 chez Look Communications aura été la liquidation de ses actifs dans le but de régler une partie de ses dettes. En mai 2009, l’entreprise a vendu pour environ 80 M$ sa licence de diffusion et d’utilisation de spectre à Inukshuk Sans-fil http://www.inukshuk.ca/ de Montréal, un fournisseur s’accès Internet sans fil aux communautés rurales et éloignées qui est exploité en coentreprise par Bell Canada et Rogers Communications.

À l’automne 2009, Look a cédé sa clientèle des services télé à Bell Canada, et sa clientèle des services Internet et d’hébergement à l’entreprise ontarienne Telnet Communications .

Alors que Look cherche à vendre sa perte fiscale ainsi que ses installations situées à Milton en Ontario, son actionnaire majoritaire, le fabricant d’équipement de diffusion Unique Broadband Systems, envisage la vente de sa participation afin de faciliter la poursuite du processus de liquidation. Le nombre d’employés chez Look est passé de 64 à la fin août à plus ou moins cinq employés maintenant. L’entreprise exploitait un bureau au centre-ville de Montréal.

Bilan historique

Look Communications, qui a vu le jour en 1997 en Ontario, a entamé son offre de services au Québec en 1998. Rapidement, l’entreprise a procédé à plusieurs acquisitions d’entreprises présentes sur le territoire canadien, dont le fournisseur Internet Direct.

En 1999, l’entreprise a fait une demande de licence au CRTC pour établir un système de télédistribution numérique en Colombie-Britannique. La même année, Look a créé le fournisseur d’accès aux communautés rurales et éloignées Inukshuk Internet, en coentreprise avec Microcell Communications (qui est devenue depuis la propriété de Rogers Communications).

À l’époque, on retrouvait parmi les actionnaires de Look la société de capital de risque Télésystème, le fournisseur de services de télécommunications Téléglobe ainsi que les groupes médiatiques CTV et Groupe Transcontinental.

En 2000, les acquisitions et la diversification commerciale se sont intensifiées, notamment en vente de noms de domaines et en prestation de services aux PME. L’entreprise comptait alors 850 employés et plus de 234 000 abonnés à ses services. Toutefois, à la suite de l’annonce d’une perte nette de 45,2 M$ pour le deuxième trimestre de l’année financière 2000, l’entreprise a amorcé une restructuration qui a entraîné la perte de 300 emplois.

En 2001, Look a cédé sa participation dans Inukshuk Internet à une filiale de Microcell Communications en échange de 180 M$ et d’un accès à des services de gros. En 2002, après la fin d’une restructuration et une relance commerciale de ses activités, Look a amorcé un partenariat avec Unique Broadband Systems, qui a obtenu alors 9 % des actions en circulation. Cette participation augmentera au fil des années à 51 %, puis sera réduite à 43 %.

Les dernières années de Look ont été marquées, notamment, par un litige qui opposait l’entreprise à Bell Canada. En 2007, Bell a menacé de cesser la fourniture des services de gros d’accès à Internet à Look en raison d’un défaut de paiement. Look a amorcé une autre restructuration en novembre 2007 puis a obtenu des délais judiciaires, avant d’annoncer en décembre 2008 son intention de vendre ses actifs.

Depuis plusieurs trimestres, l’entreprise cumulait des pertes et faisait l’objet d’une érosion de la clientèle.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+