Batteries : contrat entre Hydro-Québec et Nouveau Monde Graphite

La minière Nouveau Monde Graphite obtient une entente de R et D en transformation du graphite pour son utilisation dans des batteries lithium-ion.Nouveau Monde Graphite, Hydro-Québec

Nouveau Monde Graphite (NMG) affirme avoir obtenu de la société d’État Hydro-Québec, qui produit, transporte et distribue de l’électricité, un contrat de licence d’exploitation et une entente de recherche et développement qui impliquent une collaboration en matière de « développement de matériaux utilisés pour la fabrication de batteries lithium-ion ».

« Cette collaboration permettra probablement, à terme, à NMG de commercialiser des technologies relatives aux matériaux de batteries, développées par Hydro-Québec depuis plus de 30 ans, et ainsi, de poser un geste vers le positionnement du Québec dans le marché des batteries lithium-ion », soutient NMG.

Les batteries lithium-ion sont notamment utilisées dans les domaines de l’électrification des transports et du stockage d’énergie. Selon Hydro-Québec, les composants de ce type de batteries peuvent inclure un « matériel d’anode à base de graphite » et NMG pourrait en devenir un fournisseur.

En collaborant avec le laboratoire de matériaux de batteries d’Hydro-Québec grâce à sa mine de graphite (propriété Matawinie à Saint-Michel-des-Saints) et à la deuxième transformation du graphite (micronisation, sphéronisation, purification et revêtement), NMG considère qu’elle peut « servir de vecteur de commercialisation pour les technologies développées au Québec ».

L’entente prévoit « qu’Hydro-Québec assistera NMG dans la mise sur pied d’une ligne pilote dans son usine de démonstration de Saint-Michel-des-Saints, débutant avant la fin de 2018 », qui pourrait mener à la construction d’une usine de fabrication de matériaux d’anodes pour approvisionner le marché de la fabrication des batteries lithium-ion.

NMG ajoute que « toutes nouvelles propriétés intellectuelles développées dans le cadre de ce partenariat appartiendront également à chacune des parties » et que le Centre en électrification des transports et en stockage d’énergie d’Hydro-Québec génère ses revenus « notamment par la vente de licences d’utilisation de ses technologies ».

Lire aussi :

Batteries : débouché commercial en Suède pour Nemaska Lithium

Sécurité des batteries : partenariat pour Hydro-Québec

Recours collectif autorisé au Québec contre une fixation du prix des piles

Articles connexes

Système de gestion de la consommation d’énergie proposé par Telus et Vecteur

L’entreprise Telus et l’Institut Vecteur misent sur un système d’optimisation énergétique pour réduire les effets des centres de données et des édifices commerciaux sur les changements climatiques et des coûts opérationnels.

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.

Québec crée un fonds pour commercialiser la recherche

Des entreprises technologiques en démarrage du Québec auront accès à un fonds de 100 millions de dollars pour stimuler la commercialisation de produits et services provenant de la recherche publique québécoise.

Une personne sur quatre dans le métavers au moins une heure par jour d’ici 2026

Gartner prédit que 25 % des gens passeront une heure par jour dans le métavers d’ici 2026 pour travailler, magasiner, étudier, socialiser ou se divertir.

Québec lance des zones de collaboration entre entreprises et chercheurs universitaires

Sherbrooke accueillera une zone d'innovation sur les sciences quantiques et Bromont en accueillera une sur les systèmes électroniques intelligents.