Baccalauréat en cybersécurité à Polytechnique Montréal

À partir de cet automne, les étudiants de Polytechnique Montréal pourront suivre un baccalauréat par cumul en cybersécurité. Il combinera notamment les trois certificats déjà offerts par Polytechnique Montréal en la matière, c’est-à-dire en cyberenquête, cyberfraude et cybersécurité.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

« Les étudiants accordent beaucoup d’importance au mot “baccalauréat” car il est porteur d’une crédibilité accrue en matière d’emploi », a expliqué, sur le site de l’école, Gervais Ouellet, coordonnateur des certificats en cybersécurité à Polytechnique Montréal. Non seulement ce diplôme rendra le travailleur plus attrayant aux yeux de l’employeur, mais il procurera à l’entreprise qui l’embauchera une valeur ajoutée, car l’étudiant aura acquis des connaissances reliées à des spécialisations en cybersécurité. »

L’école de génie offre depuis dix ans de la formation en sécurité informatique. Cependant, selon elle, ce programme vise à répondre « le plus adéquatement possible aux nouveaux besoins du marché du travail, qui est confronté à une pénurie de main-d’œuvre amplifiée par un taux de cybercriminalité en hausse exponentielle. De plus, la multiplication des supports mobiles ainsi que l’émergence de l’infonuagique posent de nouveaux défis ».

L’obtention du baccalauréat sera également possible pour les étudiants complétant deux certificats sur trois, ainsi qu’un certificat en informatique appliquée ou en criminologie de l’Université de Montréal, ou un certificat en analyse de la sécurité de l’information et des systèmes de HEC Montréal.

Lire aussi :

Le Collège Lionel-Groulx investit dans la formation en gestion des infrastructures en TI

Outils de sensibilisation des PME à la cybersécurité signés Terranova

Polytechnique lance un certificat en cybersécurité

Articles connexes

BMO veut combler le fossé de la main-d’œuvre technologique en attirant des candidats de tous les horizons

BMO Groupe financier (BMO) s'engage à se concentrer sur le recrutement et l'intégration de professionnels de la technologie issus de divers horizons afin de combler son déficit de main-d'œuvre technologique et de répondre aux besoins d'une population diversifiée dans une nouvelle ère de travail.

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

Panne de Teams et de divers services intégrés de Microsoft mercredi soir

Les produits infonuagiques de Microsoft avec intégration de Teams ont subi une panne mercredi soir et tôt jeudi matin, heure de l'Est, selon un rapport du service d' information Bleeping Computer, perturbant les clients de l'hémisphère sud, d'Europe et d'Asie. Cela a été attribué à ce que Microsoft a déclaré sur son fil d'état Twitter comme une connexion à un service de stockage interne interrompue.

Les générations Y et Z changent la main-d’œuvre technologique

Les générations Y et Z représenteront plus de la moitié de la main-d'œuvre technologique d'ici 2025, selon le Forum économique mondial.

Cisco met le nuage en évidence au Cisco Live

Cisco Live, l'événement phare annuel de Cisco, est présenté en mode hybride cette année, avec 16 000 participants sur place ainsi qu'un public mondial en ligne. Et, à juste titre, l’accent était mis sur le nuage.