Avaya mise sur la collaboration

Avaya mise sur sa tablette Flare et sur sa salle de conférence virtuelle Web.alive pour s’assurer une présence dans les technologies collaboratives en entreprise.

« La Flare se veut davantage une plateforme, une expérience de collaboration. Bien sûr, Avaya a sa tablette, mais la plateforme sera éventuellement disponible sur toutes les tablettes, peu importe son système d’exploitation », explique Réjean Bourgault, Vice-président ventes chez Avaya Canada, à l’occasion la Conférence Évolutions Avaya de Montréal, qui a eu lieu le 4 mai au Palais des Congrès.

La tablette a comme particularité de mettre les personnes avec qui on souhaite interagir sous un projecteur, facilitant les conférences téléphoniques ou les vidéoconférences.

Avaya soutient que le Flare vise notamment les dirigeants d’entreprises, de même que les travailleurs de la santé, de la finance et des médias.

Web.alive

Web.alive se veut une salle de conférence virtuelle issue de l’acquisition de certains actifs de Nortel. La transaction a été conclue à la fin de 2009 pour un montant de 900 millions de dollars américains.

« Nous avons intégré le groupe design de Nortel à nos activités afin d’augmenter les capacités de Web.alive. Il est possible d’y tenir des conférences avec des gens de partout dans le monde. Chaque participant y est représenté par un avatar à son image », explique M. Bourgault.

Il est possible de consulter des présentations PowerPoint, des images statiques ou même de voir une présentation sur le portable d’un collègue. L’univers virtuel est également muni d’un son ambiophonique, ce qui signifie que si quelqu’un à votre gauche vous parle, vous allez sentir le son du côté gauche de votre ordinateur personnel.

M. Bourgault soutient que l’intérêt pour Web.alive vient surtout des moyennes et des grandes entreprises qui ont des bureaux en plusieurs endroits dans le monde. « Par exemple, une entreprise qui a des centres d’appels et qui réunit ses agents à Vancouver une fois par mois pourrait décider d’adopter Web.alive afin de donner de la formation à distance », dit-il.

Certains détaillants souhaitant créer des boutiques virtuelles montreraient également de l’intérêt pour cette technologie.

À consulter également sur le même sujet:

Entrevue vidéo avec Réjean Bourgault, Vice-président ventes chez Avaya Canada.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Correctif de sécurité pour les commutateurs Avaya et Aruba

Après la découverte de cinq vulnérabilités logicielles critiques, les administrateurs de réseau disposant de certains modèles de commutateurs Extreme Networks d’Avaya et HPE d’Aruba dans leur environnement sont invités à mettre à jour les appareils dès que possible.

Québec veut plus de numérique en éducation

Un montant de 10,6 millions de dollars sera utilisé sur deux ans par le gouvernement du Québec pour intégrer plus d'outils numériques de gestion et de prise de décisions au ministère de l’Éducation et au réseau scolaire.

Hashtag Tendances, 3 mars 2022 — Effets boule de neige du conflit en Europe; et plus

Hashtag Tendances, 2 mars 2022 — Enjeux d’externalisation; restrictions technologiques; des pirates informatiques choisissent leur camp; et plus.

Enjeux d’externalisation avec la situation en Europe

Le conflit en Europe perturbe l’accès à des ressources humaines en technologies de l'information et en ingénierie.

Cybersécurité : des agences fédérales sont à découvert, selon un comité parlementaire

Des organisations fédérales ne sont pas encore conformes au cadre fédéral de cybersécurité, ce qui expose des informations de l’État fédéral à un « risque important », selon un comité spécial de parlementaires.