Autonomie des ressources informatiques du Commissaire à la lutte contre la corruption


Dominique Lemoine - 23/11/2021

Le Commissaire à la lutte contre la corruption (CLCC) et son corps de police spécialisé doivent disposer de leurs propres infrastructure et ressources informatiques dans une recherche d’autonomie la plus complète possible.UPAC contrat public informatique

Dans son troisième rapport annuel d’activité, le Comité de surveillance des activités de l’Unité permanente anticorruption (CSUPAC) du Québec affirme suivre le processus d’autonomisation du CLCC par rapport aux services fournis par la Sûreté du Québec et par le ministère de la Sécurité publique du Québec.

« Le Comité a été informé de l’évolution de ce dossier et il prend bonne note des travaux en cours en invitant le CLCC à recourir aux meilleurs conseils disponibles pour développer ses ressources informatiques », dit le Comité dans son rapport.

Selon ce dernier, l’« orientation de fond qui doit inspirer » le CLCC « est la recherche de la plus complète autonomie de ses systèmes d’information de gestion, y compris pour la formation continue et le perfectionnement ».

Par ailleurs, le Comité de surveillance recommande que des diplômés universitaires en informatique soient recrutés pour faire partie du corps de police spécialisé du CLCC qui enquête sur des crimes liés à la corruption dans des organismes publics.

Lire aussi :

Contrats publics en TI : arrestations pour corruption

Contrats publics en informatique : IBM défend son éthique des affaires

Contrat public en informatique : l’UPAC vise un consortium IBM-EBR




Tags: , , , , , , , , , , , , ,