Au Royaume-Uni, la vitesse de la bande passante explose en un an

Le Royaume-Uni a maintenant une vitesse moyenne des connexions Internet de 7,9 Mb/s, un saut de 41 % par rapport à la même période de l’année 2012.

(Photo : iStock)
(Photo : iStock)

De plus, 20 % des connexions du pays peuvent accéder à une vitesse de téléchargement de plus de 10Mb/s, une augmentation de 208 %.

Selon un article paru sur le site Internet du quotidien britannique The Telegraph, la nouvelle sera bien accueillie par le gouvernement qui venait d’annoncer, en juin dernier, des investissements de 250 millions de livres sterling afin d’étendre une couverture de bande passante « super rapide » à travers le pays.

Lors de cette annonce, le secrétaire du Trésor avait rappelé : « Il est absolument crucial, si nous voulons rééquilibrer notre économie, que ce ne soit pas seulement les grandes villes qui aient accès à la connexion la plus rapide ».

Lire la suite sur le site du The Telegraph (en anglais)

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Starlink introduira un plafond de données au Canada et aux États-Unis

Le service Internet par satellite Starlink comportera un plafond de données pour les utilisateurs canadiens et américains à partir de décembre 2022, a annoncé la société dans des courriels à ses abonnés.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.