Aptum acquiert la montréalaise CloudOps

Le fournisseur de services gérés hybrides multi-nuage Aptum a considérablement augmenté son offre de produits ainsi que ses effectifs, avec l’annonce de l’acquisition de CloudOps, une société de Montréal spécialisée dans les plateformes infonuagique natives open source, la réseautique et le développement & exploitation.

Bien que les détails de l’entente n’aient pas été dévoilés, plus de 65 employés rejoindront Aptum, la marque CloudOps restant intacte. Les plans prévoient également que le siège social de l’entreprise demeure à Montréal.

Fondée en 2005 par Ian Rae, la société de conseil en infonuagique, de services gérés et de développement de logiciels se concentre actuellement sur les télécommunications, les services publics, le secteur financier, les grandes entreprises, les logiciels, les médias, les soins de santé et les organisations du secteur public.

« Aptum a entrepris un parcours de transformation au cours des trois dernières années », a déclaré Susan Bowen, présidente-directrice générale d’Aptum. « Cette décision stratégique étendra notre capacité à servir nos clients avec des solutions telles que DevOps et Advanced Cloud Migration Services. »

Dans un communiqué, Ian Rae a ajouté qu’« au cours des deux dernières années de collaboration avec Aptum pour offrir des services de développement & exploitation gérés, nous avons uni nos forces avec succès pour aider les clients à accélérer l’ingénierie de leur plate-forme d’application et leur excellence opérationnelle dans le nuage ».

« Nous sommes impatients d’aider davantage de clients dans un large éventail d’industries à maîtriser leur propre destin dans le nuage, libérant ainsi la véritable valeur des solutions infonuagiques pour leurs entreprises. »

La société indique sur son site Web qu’elle aide les organisations à « tirer parti de la flexibilité du nuage tout en se réservant le droit de modifier les technologies et les composants sans dépendance vis-à-vis du fournisseur. Cela permet à nos clients d’atteindre leurs objectifs commerciaux changeants au fil du temps ».

Dans une interview récente avec Channel Daily News, Susan Bowen et Ian Rae ont déclaré qu’en dehors d’Aptum qui emploie désormais près de 300 employés, l’acquisition marque une étape clé dans le parcours de l’entreprise qui passe d’un fournisseur de services de fibre et de centre de données à un fournisseur de services gérés multi nuage hybride à grande échelle.

Selon les termes de l’accord, qui a été finalisé il y a deux semaines, Ian Rae supervisera désormais l’unité commerciale des logiciels d’Aptum en tant que président et chef de la direction de CloudOps et CloudMC. De plus, Marc Paré, un autre dirigeant de CloudOps, a été nommé directeur général des services-conseils de la société, tandis que Will Stevens a été nommé directeur de la technologie et se concentrera sur les offres infonuagiques définies par logiciel.

« Un terme [de l’entente] que je suis heureux de partager avec vous est qu’Ian et le reste de l’équipe de direction ont pleinement accepté de rester avec nous et de poursuivre ce voyage », a déclaré Susan Bowen. « C’est extrêmement important. CloudOps s’intégrera à Aptum, mais la marque restera, et la direction se concentrera sur les domaines qui les passionnent le plus. »

Sur le front des centres de données à grande échelle, une victoire clé pour Aptum est que CloudOps est un partenaire certifié pour AWS et Google. Combiné au fait que le premier a obtenu son badge d’expert MSP Microsoft Azure en décembre, cela signifie que l’entreprise peut faire des affaires avec les trois principaux fournisseurs ainsi qu’avec d’autres fournisseurs d’infonuagique tels que Hypertec Cloud et Cox Edge.

« Ce que Ian et son équipe permettent à Aptum de faire, c’est d’être en mesure d’emmener les clients que nous avons dans ce voyage d’ingénierie de plate-forme et de nous permettre d’être beaucoup plus impliqués dans la pile, en particulier dans AWS et Google », a déclaré Susan Bowen.

« Nous l’avions déjà dans Azure, et nous avons déjà un nuage privé, ce qui accélère notre capacité à offrir davantage à notre clientèle existante. Et je pense que maintenant, la combinaison des opérations des deux organisations nous donne ce formidable vivier de talents, que nous nous efforçons également de conserver. »

L’accord a été signé par DigitalBridge Group Inc , une société d’infrastructure numérique dont le siège est à Boca Raton, en Floride, qui possède Aptum et qui est une organisation qui investit actuellement dans cinq marchés verticaux : les centres de données, les tours cellulaires, les réseaux de fibre, les petites cellules et les infrastructures de périphérie.

L’un des principaux promoteurs, a déclaré Susan Bowen, était Steven Sonnenstein, directeur général principal de l’entreprise, qui est diplômé de l’Université McGill et est également maintenant conseiller auprès de l’établissement d’enseignement de Montréal. Il reconnaît, a-t-elle ajouté, l’importance du marché canadien, particulièrement en Ontario et au Québec.

De sérieuses discussions sur une éventuelle fusion ont débuté au printemps dernier.

« Alors qu’Aptum a remonté la pile, pour ainsi dire, avec la cession de certains de ses actifs les plus tangibles et est devenue davantage une société de plate-forme infonuagique gérée, CloudOps a suivi un parcours parallèle à plus petite échelle où nous avons créé un service d’infrastructure appelé Cloud.ca », a déclaré Ian Rae. « Nous avons finalement vendu cela en 2021, à Hypertech Group, et c’est maintenant le Hypertech Cloud. »

Selon le communiqué, la fusion des deux sociétés « étendra les opportunités de produits dans plusieurs secteurs au-delà des télécommunications pour inclure la technologie et les services commerciaux, les médias et les communications, la vente au détail, les services financiers, la fabrication, l’énergie et les services publics, l’hôtellerie, l’éducation et les transports, entre autres » .

La transaction a été officiellement conclue le 5 janvier.

L’article original (en anglais) est disponible sur Channel Daily News, une publication sœur de DIrection informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Tecsys annonce une nouvelle solution de gestion du commerce électronique 

Tecsys Inc., une entreprise québécoise du domaine de la gestion de la chaîne d'approvisionnement et du commerce omnicanal annonçait il y a quelques jours une nouvelle solution d'exécution du commerce électronique de type « entrepôt dans un entrepôt ».

OVHcloud lance des serveurs « bare metal » payables à l’utilisation, compatibles avec le nuage public

La société française d’infonuagique OVHcloud lançait hier son nouveau...

Dépenser pour l’essentiel, et pas seulement pour la technologie, est vital pour la sécurité infonuagique

Les RSSI savent depuis des années que l'argent seul n'achète pas la sécurité dans les environnements sur site. La leçon est la même dans le nuage, selon un nouveau rapport.

L’enquête de l’UE sur la vente de VMware déterminante pour la poursuite de la transaction

L'impact d'une enquête à grande échelle menée par les régulateurs de l'Union européenne (UE) sur l'achat de VMware par Broadcom pour 61 milliards de dollars plus tôt cette année dépendra du cadre de l'enquête, qui en dira beaucoup sur ce que pensent les régulateurs, a déclaré John Annand, un directeur de l'équipe infrastructure chez Info-Tech Research.

Une étude d’Aptum explore la meilleure façon de lutter contre les coûts imprévus de l’infonuagique

Le fournisseur de services gérés hybrides multi-nuage Aptum publiait la semaine dernière la troisième partie de son étude annuelle sur l'impact de l’infonuagique 2022, le principal point à retenir étant que l’infonuagique a entraîné des coûts plus élevés que prévu pour 73 % des décideurs informatiques interrogés.