Apple refuse de débloquer un iPhone dans le cadre d’une enquête du FBI

Après qu’un juge eût ordonné à Apple d’aider les autorités à débloquer le téléphone de l’un des tueurs de San Bernardino, Apple a publié une lettre de refus sur son site internet. Logo d'Apple

Dans ce texte, Tim Cook, le PDG d’Apple, explique que le FBI demande à Apple de créer une nouvelle version de son système d’exploitation pour iPhone, qui contournerait des dispositifs de sécurité dont les fonctions de mot de passe et d’autoeffacement, et de l’installer sur l’iPhone de l’un des tueurs afin de faire avancer l’enquête.

Mais, pour Tim Cook, ce logiciel, qui n’existe pas pour le moment, pourrait  déverrouiller n’importe quel iPhone placé entre de mauvaises mains.

Selon Apple, les autorités ne souhaitent pouvoir le faire que dans le cadre de cette enquête. Mais, une fois créée, cette technique, consistant à tester des millions de combinaisons en même temps pour trouver celle débloquant le téléphone, pourrait être réutilisée et deviendrait l’équivalent d’un accès, capable d’ouvrir des millions de serrures.

« Le gouvernement demande à Apple de pirater nos utilisateurs et de saper des décennies de progrès en matière de sécurité qui protègent nos clients de pirates et cybercriminels, a-t-il écrit. Les mêmes ingénieurs qui ont développé un chiffrement solide pour protéger nos utilisateurs seraient ironiquement enjoints à l’affaiblir et à rendre nos utilisateurs moins bien protégés ».

Tim Cook souligne également que le gouvernement pourrait aller plus loin et demander à Apple de développer des logiciels de surveillance pouvant intercepter des messages, accéder aux dossiers médicaux et aux informations financières des citoyens, traquer leur position géographique, ainsi qu’accéder au microphone et à la caméra de leur téléphone sans qu’ils ne le sachent. « Nous craignons que cette demande menace des libertés que le gouvernement se doit de protéger », a-t-il conclu.

Lire aussi:

Données médicales ciblées par des pirates informatiques

Impact contesté du chiffrement sur la surveillance

Caméras de surveillance et détecteurs aériens financés par Ottawa

Articles connexes

Le nombre d’utilisateurs de TPV logiciels augmentera de 475 % d’ici 2027

Une récente étude de Juniper Research révèle que le nombre total de commerçants déployant des solutions logicielles de point de vente dépassera les 34,5 millions dans le monde d'ici 2027, comparativement à 6 millions cette année.

Balado Hashtag Tendances, 11 août 2022 — Un nouveau Winamp, AirPods USB-C, panne de Google, erreurs chez Equifax

Balado Hashtag Tendances, 11 août 2022 — Cette semaine : Le lecteur de musique qui ne veut pas mourir, le port USB-C chez Apple, une panne majeure des services de Google et des variations des cotes de crédit Equifax.

Le NIST identifie quatre outils de chiffrement résistant au quantique

Le National Institute of Standards and Technology (NIST) des États-Unis a choisi le premier groupe d'outils de chiffrement qui, selon lui, résistera à l'assaut d'un futur ordinateur quantique, une décision saluée par la cyberagence du gouvernement canadien.

Balado Hashtag Tendances, 23 juin 2022 — R.I.P. Internet Explorer, syndicat chez Apple, robot chez Amazon et réalité moins virtuelle.

Balado Hashtag Tendances, 23 juin 2022 — Un monument pour Internet Explorer, un syndicat chez Apple, un robot autonome chez Amazon et une réalité virtuelle plus réelle selon Meta.

Mauvaise nouvelle pour Apple : l’Europe choisit le port USB-C

Mauvaise semaine pour Apple Computer Inc. et son équipe de développement d'iPhone alors qu’on annonçait lundi que le port USB Type-C deviendra le port de charge commun pour tous les téléphones mobiles, tablettes et appareils photo de l'Union européenne (UE) d'ici l'automne. de 2024.