MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Image : Reuters

Le recours concerne tous les clients de Rogers, Fido et Chatr Mobile qui ont été privés de service vendredi et samedi dernier ainsi que tous les Québécois qui n’ont pas été en mesure d’effectuer certaines transactions bancaires (les paiements et transferts Interac, par exemple) à cause de la panne.

L’action collective prétend que Rogers a violé la loi sur la protection des consommateurs du Québec en ne fournissant pas de services les 8 et 9 juillet. Elle allègue en outre que Rogers a induit les consommateurs en erreur en affirmant posséder le réseau le « plus fiable au Canada ».

L’action collective demande des dommages-intérêts compensatoires et punitifs pour tous les membres. Entre autres, 400 $ sont réclamés pour chaque client des trois fournisseurs visés. Le montant qui pourrait être demandé pour les Québécois qui ne sont pas clients de ces entreprises mais qui ont néanmoins été affectés par la panne n’est pas précisé.

MISE À JOUR

On apprend qu’une seconde demande d’action collective a également été déposée au tribunal. Celle-ci est intentée au nom des détaillants et des entrepreneurs (tels que les chauffeurs de taxi) qui pourraient avoir perdu d’importants revenus en raison de l’impossibilité de traiter les paiements par le réseau Interac qui était également affecté par la panne de Rogers.

Lire aussi :

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Le réseau Rogers en panne partout au Canada

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Rogers, Shaw et Québecor signent une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile 

À la suite d’une entente annoncée 17 juin dernier, Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor annoncent aujourd'hui avoir conclu une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile à Vidéotron, une filiale de Québecor, sous réserve des approbations réglementaires et de la finalisation de la fusion de Shaw et Rogers, annoncée le 15 mars 2021.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.