244 heures par an de lecture de politiques de confidentialité : humainement possible?

Le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada lance une discussion publique sur le consentement des Canadiens à l’heure où des technologies changent la donne en matière de données personnelles.Illustration du concept de la vie privée ou de la sécurité

« L’époque des interactions individuelles courantes, prévisibles et transparentes avec les entreprises est révolue, a déclaré Daniel Therrien lors d’une allocution prononcée au symposium de l’Association internationale des professionnels de la protection de la vie privée à Toronto. Aujourd’hui, nous ne savons plus vraiment qui traite nos données ni à quelles fins elles sont utilisées – ce qui complique l’obtention d’un consentement valable. »

Pour nourrir le débat, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a publié un document sur le consentement et un avis de consultation afin d’inviter toutes les parties intéressées à s’exprimer, aussi bien les citoyens que les organisations, les groupes de défense des droits et les experts.

L’objectif serait de trouver des solutions pour répondre au défi d’obtenir un consentement valable comme l’exige la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

Selon le Commissariat, l’internaute moyen devrait, par exemple, consacrer 244 heures par an pour lire toutes les politiques de confidentialité, et le jargon juridique connexe, des sites qu’il visite.

Le Commissariat propose notamment d’intégrer la protection de la vie privée aux produits et aux services dès leur conception, et non de l’ajouter après coup, de rendre plus strictes les codes de pratiques de l’industrie ou encore d’interdire certaines collectes et utilisations des renseignements personnels. Certaines collectes et utilisations de données personnelles sans consentement pourraient être autorisées dans des situations limitées et justifiables, si ces activités font l’objet d’une surveillance adéquate.

La consultation publique se terminera le 13 juillet. Par la suite, le Commissariat prévoit apporter les améliorations qui relèvent de son secteur de compétence et potentiellement recommander au Parlement des modifications législatives.

Lire aussi:

Protection des données personnelles : Option Consommateurs dénonce le prix de la gratuité

Renseignements personnels : Google Play et App Store interpellés

Confidentialité des données : un jeu pour éduquer les jeunes

Articles connexes

Un hôpital pour enfants de Toronto confirme avoir été frappé par un rançongiciel

Dans une déclaration en ligne aujourd'hui, l'hôpital a déclaré qu'il prévoyait qu'il ne faudrait que quelques semaines avant que tous les systèmes fonctionnent normalement. Il n'y a aucune preuve à ce jour que les renseignements personnels généraux ou sur la santé aient été touchés.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Philippe Dufresne nommé commissaire à la protection de la vie privée du Canada

Philippe Dufresne, un ancien légiste et conseiller parlementaire de la Chambre des communes, sera le prochain commissaire à la protection de la vie privée du Canada.

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.