Un Palm Pre 2 à saveur de tablette


François Picard - 12/01/2011

Trois semaines après avoir ajouté le Palm Pre 2 à son choix de téléphones intelligents, Rogers ne le propose toujours pas aux entreprises par l’entremise de son site Web.

De prime abord, on aurait pensé que le Palm Pre 2 serait aussi proposé comme téléphone d’affaires, puisque c’est comme cela que HP Canada le présentait, mais ce ne semble pas être le cas. Le nouveau Palm Pre 2 de HP se retrouve dans les possibilités offertes par Rogers au grand public, mais seulement avec un forfait familial voix et données de trois ans à 85,66$ ou plus. Cet appareil semble difficile à classifier.

Un téléphone différent et peu compétitif

Quand Rogers offre le Palm Pre 2 à 99$ avec un forfait de trois ans à 85,66$, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un prix alléchant, surtout si on le compare au reste du marché. Même si cet appareil a des caractéristiques intéressantes, il arrive bien loin derrière la plupart des ordiphones sous iPhone OS, Windows Phone 7, BlackBerry et même Android 2.1. D’ailleurs, plutôt que d’un nouveau téléphone, on devrait parler d’une mise à jour améliorée du Palm Pre en attendant que HP propose un autre produit dans la lignée des Palm maintenant qu’elle a fait l’acquisition de la compagnie Palm et de sa technologie.

À vrai dire, qui pourrait bien acheter un Palm Pre 2 avec une entente coûteuse de 3 ans à seulement 60$ de moins à l’achat qu’un iPhone 4 avec 16 Go de mémoire ou encore un Samsung Focus avec 8 Go de mémoire interne et autant à débourser chaque mois? Même un iPhone 3 GS avec 8 Go de mémoire semble plus intéressant par ses caractéristiques aussi bien que par ses applications potentielles. En tout cas, ni ce que j’ai lu sur les sites de HP Canada (en anglais seulement) ou de Rogers, ni ce que j’ai pu voir en testant le Palm Pre 2 durant quelques jours ne m’a convaincu du contraire.

Une mise à jour des Palm Pre et Pre Plus

Ceci dit, le Palm Pre 2 est quand même un peu plus intéressant que le Palm Pre original lancé il y a 16 mois, surtout à cause de son processeur plus rapide et de son nouveau système d’exploitation webOS 2.0. Ceux qui en avaient acheté un ces derniers mois ne pourront cependant pas le changer sans s’engager dans un nouveau contrat de 2 ou 3 ans. Par contre, ils pourront profiter de la mise à jour du système d’exploitation webOS vers webOS 2.0 d’ici peu, selon HP.

Le Palm Pre 2 est un peu plus petit que ses concurrents tout en étant un peu plus lourd. Il pèse 145 grammes comparativement à 137 grammes pour l’iPhone 4 et 121 grammes pour le Samsung Focus. Il dispose d’un écran de 3,1 pouces avec 480 pixels par 320 seulement comparativement à un écran de 3,5 pouces avec 960 pixels par 640 pour l’iPhone 4 et un écran de 4 pouces avec 800 pixels par 480 pour le Samsung Focus. Comme on peut le constater, la différence de définition d’écran est assez importante.

Le Palm Pre 2 comporte un GPS, le Wi-Fi b/g et le Bluetooth. Parmi ses particularités, on note son nouveau processeur OMAP 3630 de TI avec une horloge à 1 GHz, son écran capacitif multipoint, son clavier QWERTY escamotable, son accéléromètre et son capteur de proximité. On remarque également son appareil photo à 5 MP, au lieu de 2 puis 3 dans les versions précédentes du Pre, avec un petit flash qui aide à améliorer la clarté des photos d’intérieur. Néanmoins, la qualité de l’objectif de l’appareil photo à mise au point fixe laisse à désirer.

Même si les touches sont petites et très proches l’une de l’autre, ce qui rend difficile la dactylographie avec de gros doigts, certains apprécieront de pouvoir écrire avec un clavier plutôt que sur un écran tactile. Conçus différemment, les claviers du Palm Treo Pro et des Palm précédents permettaient malgré tout un accès plus facile aux touches. D’un autre côté, même si l’écran tactile du Pre 2 offre beaucoup plus de possibilités que ceux des autres Palm, la qualité de son affichage est loin derrière celle des appareils concurrents.

Le nouveau webOS 2 et l’infonuagique

webOS 2.0 est bien fait, mais il faut être un adepte de l’informatique en nuage qui est à la base de ce système d’exploitation. Il est vraiment multitâche, avec, à gauche de l’écran, une vision globale des applications actives. Il ne faut cependant pas oublier de les fermer, quand on ne les utilise plus, si on ne veut pas que les piles s’usent trop rapidement. Sous HP webOS 2.0, certaines applications fonctionnent avec une logique inversée, si l’on peut dire. Ainsi, on peut commencer par presser une touche du clavier pour que le système d’exploitation propose un choix d’applications dans lesquelles on pourrait avoir besoin d’écrire, plutôt qu’on ne choisisse d’abord une application pour y écrire ensuite, comme dans tous les autres systèmes d’exploitation. C’est ce que HP appelle la fonction Tapez maintenant.

Lors de la première mise en route du Palm Pre 2 sous webOS, on doit se créer un mot de passe pour pouvoir ensuite accéder aux données personnelles qui sont stockées en ligne, peut-être chez HP, mais ce n’est pas spécifié. Avec l’informatique en nuage, quand on lance Facebook, Google ou d’autres services, webOS commence par aller en ligne chercher les informations qui ne sont pas sur l’appareil. C’est la fonction Synergy. Des copies de sécurité de données et des mises à jour de logiciels se font aussi en arrière-plan. Le système d’exploitation webOS peut paraître très puissant ou très expérimental, ce qui risque de plaire à certaines personnes ou d’en agacer d’autres.

Un ordiphone pour le grand public ou pour des gens d’affaires?

La faiblesse du Palm Pre 2 provient surtout du manque d’applications pour son système d’exploitation webOS face à la quantité de celles qui ont été produites pour iPhone OS et Android. Cela en fait un téléphone intelligent aux fonctions limitées, surtout côté affaires. De plus, comme l’App Catalog de Palm est accessible directement du téléphone, cela peut occasionner de gros transferts de données si l’on accède à Internet par cellulaire plutôt que par Wi-Fi. Il vaut mieux prévoir un forfait de données assez élevé et donc assez coûteux.

En fait, le Palm Pre 2 semble tourné vers des utilisateurs de téléphones cellulaires intelligents qui ne veulent pas un appareil trop compliqué et qui vont surtout s’en servir comme agenda électronique évolué et pour des communications Internet en tous genres, comprenant le courriel, la messagerie texte et les réseaux sociaux, auxquels on ajoute Microsoft Exchange, les mises à jour automatiques de calendriers et le nuage pour les gens d’affaires.

À bien y penser, l’interface du Palm Pre 2 ressemble plus à celle d’une tablette électronique et l’on peut se demander si HP ne serait pas tout simplement en train de tester le logiciel de sa prochaine tablette, celle qui devrait arriver en magasin d’ici quelques mois.

François Picard est journaliste et éditeur du magazine Atout Micro.




Tags: ,