Progression des services bancaires en ligne et mobiles


Fanny Bourel - 26/02/2017

Environ 65 % des Québécois se sont servis de leur téléphone multifonction pour effectuer des opérations bancaires, selon l’édition 2016 de l’enquête NETendances du Cefrio. Un taux en hausse de 5 points par rapport à 2015.Une solution de paiement

« Les Québécois sont de plus en plus nombreux (44 % en 2016 comparativement à 37 % en 2015) à ne plus vouloir se déplacer en succursale et sont favorables à une approche multicanale, sauf pour une demande de prêt ou d’hypothèque, pour laquelle ils sont 72 % à encore préférer faire affaire avec un conseiller de leur succursale », a indiqué, par communiqué, Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au Cefrio.

S’ils se tournent vers internet pour réaliser des transactions courantes, peu de Québécois sont prêts à compléter en ligne des opérations plus poussées. L’an dernier, environ 1 adulte sur 10 a ouvert un compte ou placé de l’argent sur internet. Ils ne sont que 4 % à avoir demandé en ligne un prêt hypothécaire.

De plus, le paiement sans contact gagne du terrain, puisque 44 % des Québécois y ont eu recours pour effectuer des paiements de moins de 100 dollars en 2016. Par contre, le paiement mobile reste très minoritaire, puisque seulement 4 % des 1000 personnes interrogées l’ont utilisé. C’est peu comparé aux États-Unis, où 20 % des Américains ont adopté ce mode de paiement.

Lire aussi :

CGI plaide pour plus de TIC dans le secteur bancaire

Les banques seraient à l’heure des mégadonnées

Des effets positifs et négatifs des services bancaires en ligne




Tags: , , , , , , , , , , , ,