Première perte nette en 26 ans chez Microsoft


Jean-François Ferland - 20/07/2012

Microsoft rapporte des revenus de 18 milliards de dollars américains et une perte nette de 492 millions de dollars américains pour le dernier trimestre de son année financière 2012.Logo de Microsoft

L’éditeur américain de logiciels Microsoft rapporte des revenus trimestriels qui sont supérieurs d’environ 3,9 % ou 692 millions de dollars américains aux revenus de 17,3 milliards de dollars américains qui avaient été rapportés pour le quatrième trimestre de son année financière 2011.

Toutefois, pour une première fois depuis 1986, soit depuis le premier appel public à l’épargne de Microsoft, les états financiers de l’entreprise contiennent de l’encre rouge.

Une perte nette trimestrielle de 492 millions de dollars américains est attribuable en partie à une charge pour dépréciation (goodwill en anglais) de 6,19 milliards de dollars américains qui est associée aux activités de la division des Services en ligne. Cette charge de dépréciation est liée à l’entreprise aQuantive dont Microsoft a fait l’acquisition en août 2007 pour 6,3 milliards de dollars américains.

Au début de juillet dernier, Microsoft avait averti la communauté financière qu’elle ajouterait à ses états financiers cette charge pour dépréciation. À ce moment, Microsoft avait précisé que l’acquisition de aQuantive, bien qu’elle lui ait procuré des outils utiles pour ses initiatives de publicité en ligne, n’avait pas permis d’accélérer la croissance des activités commerciales dans ce secteur tel que prévu au moment de l’acquisition.

En comparant le prix d’acquisition à la charge de dépréciation qui a été comptabilisée dans les états financiers de Microsoft, on déduit que la valeur nette des actifs d’aQuantive est d’environ 100 millions de dollars.

L’entreprise aQuantive, localisée à Seattle dans l’état de Washington, était composée des divisions Avenue A/RazorFish, Atlas Solutions et Drive Performance Solutions. L’entité aQuantive avait été renommée Microsoft Advertising et l’entité Drive Performance Solutions avait été renommée Microsoft Media Network.

Dépenses et impôts en hausse

Selon les états financiers de Microsoft, les coûts des revenus et les dépenses en recherche et développement pour le trimestre complété sont supérieurs aux montants qui avaient été comptabilisés lors du trimestre équivalent de l’année financière 2011. Les dépenses liées aux ventes et au marketing et les dépenses générales et administratives sont inférieures aux dépenses qui avaient été comptabilisées douze mois plus tôt.

La charge pour dépréciation qui est liée aux actifs d’aQuantive a porté les dépenses d’exploitation trimestrielles de Microsoft à 17,8 milliards de dollars américains, contre des dépenses d’exploitation 11,1 milliards de dollars américains lors du trimestre équivalent de l’année financière 2011.

Les revenus d’exploitation du trimestre ont été de 192 millions de dollars américains, contre des revenus d’exploitation de 6,1 milliards de dollars américains douze mois plus tôt. Avec l’ajout de revenus « autres » de 167 millions de dollars américains, les revenus avant impôt trimestriels de Microsoft totalisent 359 millions de dollars américains, contre 6,3 milliards de dollars américains au terme du dernier trimestre de l’année financière précédente.

C’est une provision pour impôt de 851 millions de dollars, soit 91,2 % de plus qu’au dernier trimestre de l’année 2011, qui a causé la perte nette trimestrielle de 492 millions de dollars. Pour le quatrième trimestre de son exercice financier 2011, Microsoft avait rapporté un bénéfice net de 5,8 milliards de dollars américains.

Bilan annuel

Pour la totalité de son année financière 2012, Microsoft rapporte des revenus de 73,7 milliards de dollars américains, soit 5,4 % ou 3,78 milliards de dollars de plus que les revenus de 69,9 milliards de dollars américains qui avaient été rapportés pour son l’année financière 2011.

La charge pour dépréciation qui a été comptabilisée au quatrième trimestre et une provision pour impôts plus élevée pour l’année financière 2012 ont contribué à l’obtention d’un bénéfice net annuel de 16,9 milliards de dollars américains, soit 26,6 % ou 6,1 milliards de dollars de moins que le bénéfice net de 23,1 milliards de dollars qui avait été rapporté par l’entreprise pour son année financière 2011.




Tags: , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+