Obama choisit CakeMail


Alain Beaulieu - 11/04/2008

L’équipe du candidat à l’investiture du Parti démocrate américain a choisi un logiciel de marketing par courriel développé à Montréal pour supporter sa campagne de souscription sur le Web.

Barack Obama, le candidat à l’investiture du Parti démocrate aux États-Unis, a choisi la plateforme de marketing par courriel en « marque blanche » CakeMail de l’entreprise montréalaise du même nom pour supporter sa campagne de souscription sur le Web. Baptisée An Obama Minute, la campagne de souscription a été mise en place par un groupe de partisans indépendants du parti et vise à amasser un million de dollars en une minute.

Les participants sont encouragés à inscrire leur adresse de courriel sur le site Welcome to Obama for America et à faire la promotion de la campagne à travers leur réseau existant. Toutes les personnes qui se seront inscrites sur le site seront ensuite sollicitées par courriel pour y faire un don de 100 $ à 13 h précises, le 21 avril prochain. Lancée le 8 avril, la campagne a généré aux termes de ses premiers 24 heures plus de 4 200 pages vues et 430 nouvelles inscriptions.

« C’est l’entreprise qui s’occupe de la campagne qui nous a contactés directement [pour obtenir notre application] et nous avons simplement répondu à la demande, explique le président et fondateur de CakeMail, François Lane. On a déjà des clients aux États-Unis, de même qu’au Canada et en Grande-Bretagne. Ils cherchaient un logiciel simple à utiliser et flexible. »

L’actuelle campagne marque, en outre, une première dans l’histoire de la politique américaine, dans la mesure où jamais une campagne n’aura eu autant recours aux technologies Internet pour mobiliser les troupes, affirme l’entreprise. Ainsi, les candidats à la présidence et leurs partisans utilisent cette année abondamment les blogues, les réseaux sociaux et le marketing par courriel.

Interface personnalisable

Multilingue (français-anglais-russe) et d’architecture ouverte, CakeMail arbore une conception « en couches » qui facilite sa personnalisation et son intégration aux bases de données et aux autres applications utilisées par les agences de marketing interactif, les entreprises de logiciels et les boîtes de production Web, qui constituent la clientèle ciblée par l’entreprise, située en bordure du canal Lachine. Tarifé selon un modèle de coût par mille (CPM), le logiciel est offert sous forme de service Web. « Nous faisons principalement affaires avec des agences qui revendent le service », résume François Lane. 

La facilité avec laquelle l’interface du logiciel peut être personnalisée, qui lui vaut le qualificatif de « marque blanche », est une des principales forces du logiciel, puisqu’il permet au client d’effacer toute référence au logiciel et en faire un élément corporatif entier. C’est d’ailleurs ce qui explique son succès auprès des revendeurs que sont les agences de marketing interactif et les boîtes de production Web. Les agences Cossette et UWeb Studio figurent parmi les clients de l’entreprise, qui s’appelait auparavant Mastodonte Communications et qui a été achetée par The Code Kitchen en juillet 2007. CakeMail est maintenant une filiale autonome de The Code Kitchen.

« L’interface de CakeMail peut être transformée pour apparaître auprès de l’utilisateur final sous la marque du revendeur, explique M. Lane. De cette manière, le revendeur peut changer les couleurs et appliquer son logo sur l’interface du logiciel. C’est complètement transparent du point de vue de l’utilisateur final. »

CakeMail permet d’optimiser l’efficacité des campagnes de marketing par courriel, en fournissant des statistiques en temps réel qui permettent d’identifier le meilleur moment pour faire des envois par courriel. Le logiciel, qui supporte autant les envois HTML que les envois textes, permet aussi de contourner les filtres antipourriel, en identifiant les mots utilisés qui risquent d’être interprétés comme tels.

Lancé en novembre dernier sous le nom de CakeMail, le logiciel a d’abord été développé par la firme montréalaise Le Courrielleur et introduit initialement en 2002 sous le même nom. Cette première version n’était pas offerte en « marque blanche ».

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Windows Vista le mal-aimé Petite planète, grands besoins, grands enjeux Surfer sur une nouvelle vague SAP Labs Canada souffle ses dix bougies L’actualité des TI en bref