Logiciel libre : Libéo établit CS2L pour servir le marché gouvernemental


Jean-François Ferland - 13/06/2013

Libéo repositionne Infoglobe et la renomme Centre de services en logiciels libres afin de servir le marché du gouvernement du Québec.

Libéo, une entreprise de Québec qui développe des solutions fondées sur le logiciel libre, annonce l’établissement du Centre de services en logiciels libres (CS2L), une « entreprise indépendante » qui offrira des services de planification, de conception sur mesure et d’intégration de systèmes de mission au moyen du logiciel libre au gouvernement du Québec.Logo de CS2L

Dans un communiqué annonçant la création de l’entreprise, Jean-François Rousseau, le président de Libéo et cofondateur de CS2L, indique que cette entité explorera les opportunités commerciales qui se présenteront prochainement dans l’administration publique gouvernementale du Québec.

« Le gouvernement du Québec a pris une décision ferme en ce qui a trait à l’implantation des logiciels libres dans ses projets en TI, notamment pour réduire les coûts, déclare M. Rousseau. Le ministre [responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor] Stéphane Bédard a d’ailleurs statué en mars 2013 que « le logiciel libre représente […] une option incontournable pour les organismes publics ». Nous avons donc conçu une solution qui répond exactement à cet enjeu. »

« Libéo est reconnue depuis plus de quinze ans pour son expertise en logiciel libre. Au cours des années, nous avons fait beaucoup de mandats  dans des domaines spécialisés en logiciel libre – autre que dans le Web  – auprès du gouvernement du Québec, mais dans le branding de Libéo ce n’était pas clair qu’on offrait des solutions en logiciel libre », précise M. Rousseau lors d’un entretien accordé à Direction informatique.

« Lors de nos contacts avec le gouvernement, on ressent qu’il y a un besoin pour de l’accompagnement en logiciel libre. Des gestionnaires on eu l’ordre d’implanter le logiciel libre, mais ils ne savent pas comment le faire et n’ont pas les outils nécessaires. Avec notre expertise, nous pensons que nous répondrons à des besoins ciblés au moyen de CS2L », ajoute-t-il.

L’offre commerciale de CS2L, selon le site web de l’entité, sera dévoilée en septembre 2013. M. Rousseau indique que l’entreprise est déjà en mesure de réaliser des mandats, mais il précise que ce sont des services qui ne sont pas offerts dans le marché québécois pour le moment qui seront dévoilés l’automne prochain.

Repositionnement commercial

Selon des informations contenues dans le Registraire des entreprises du gouvernement du Québec, l’entité Cs2L a été établie à partir de l’entreprise Infoglobe, dont Libéo a fait l’acquisition en mars 2012.

Infoglobe, qui employait 35 personnes, œuvrait dans les domaines des infrastructures systèmes et des services Web – notamment en gestion de contenu à l’aide de l’outil TYPO3 – ainsi qu’en intelligence d’affaires et en prestation de services de graphisme.

Selon le Registraire des entreprises, l’appellation commerciale « CS2L inc. » remplace depuis le 10 juin 2013 l’appellation « Infoglobe » qui était en vigueur depuis mars 2004. M. Rousseau confirme que la « coquille juridique » d’Infoglobe a été réutilisée afin de simplifier l’établissement de CS2L.

Le Registraire des entreprises indique que CS2L est régie par deux administrateurs, soit M. Rousseau et Joé Bussière, qui est le directeur général et associé de Libéo et l’ex-directeur général d’Infoglobe.

D’autre part, Libéo indique que Cs2L pourra compter sur l’expertise en logiciels libres de près d’une centaine de personnes. M. Rousseau précise que l’équipe de CS2L sera composée de personnes qui travaillent chez Libéo et qui travaillaient pour Infoglobe, ainsi que de « partenaires » qui détiendront des spécialisations pointues. Il ajoute que CS2L procédera à l’embauche de personnel d’ici le dévoilement des services spécialisés l’automne prochain.




Tags: , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+