LinkedIn prépare son premier appel public à l’épargne


Denis Lalonde - 28/01/2011

Le portail Internet de réseautage professionnel LinkedIn a précisé les détails de son entrée en Bourse jeudi soir, ce qui permettrait à l’entreprise de récolter un montant de 175 millions de dollars américains.

LinkedIn a ainsi révélé que pour son exercice financier 2009, elle avait généré des revenus d’un peu plus de 120 millions de dollars* et subi une perte nette de 3,97 millions de dollars.

Pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2010, LinkedIn a fait état de revenus de 161,4 millions de dollars et d’un bénéfice net de 10,07 millions de dollars. Les résultats financiers du 4e trimestre de l’exercice 2010 n’ont pas été révélés.

Selon les détails du prospectus, LinkedIn compte 90 millions de membres dans 200 pays et territoires, avec un nouveau membre à la seconde. La société fondée en 2003 est basée à Mountain View, en Californie.

Les risques liés à l’entrée en Bourse de LinkedIn

La direction de l’entreprise met les investisseurs en garde contre certains risques liés à son secteur d’activité et à son modèle d’affaires.

LinkedIn précise notamment qu’elle a été créée il y a relativement peu de temps et que le marché dans lequel elle opère est tout aussi jeune et n’a pas encore montré sa viabilité. La société ajoute qu’elle s’attend à une augmentation de la concurrence dans le marché du réseautage professionnel en ligne au cours des prochaines années.

De plus, LinkedIn dit s’attendre à un déclin de la croissance de ses revenus en 2011. L’entreprise entend également investir pour sa croissance future, de sorte qu’elle ne prévoit pas être rentable cette année en se basant sur les principes comptables généralement reconnus.

LinkedIn précise par ailleurs que ses valeurs principales reposent sur la satisfaction de ses membres, ce qui pourrait entrer en conflit avec les objectifs à court terme des investisseurs.

La société prévient aussi qu’elle n’est pas à l’abri des attaques informatiques, ce qui pourrait faire fuir certains de ses membres et de ses clients.

Deux classes d’actions

Le premier appel public à l’épargne prévoit l’émission d’actions de catégorie A donnant droit à un vote chacune. Or, les actionnaires qui détenaient des titres de LinkedIn avant l’entrée en Bourse de la société auront des actions de catégorie B donnant droit à 10 votes chacune.

Salaires des dirigeants

Les documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme de réglementation des marchés financiers aux États-Unis, révèlent que le président et chef de la direction de LinkedIn, Jeffrey Weiner, a reçu un salaire total de 462 297 dollars en 2010. Ces chiffres incluent un salaire de base de 250 000 dollars et des bonis de 212 297 dollars.

Le premier vice-président et chef de la direction financière Steven Sordello a eu droit à un salaire de base de 240 000 dollars et à des bonis de 102 507 dollars, pour une compensation financière totale de 342 507 dollars.

Le premier vice-président, Exploitation et ingénierie, David Henke, le premier vice-président, Produits et expérience utilisateurs, Dipchand Nishar et la vice-présidente, avocate-conseil et secrétaire Erika Rottenberg ont eu droit à des salaires variant entre 321 365 dollars et 328 245 dollars.

La date d’entrée en Bourse n’a pas encore été fixée.

Le premier appel public à l’épargne sera piloté par Morgan Stanley, BofA Merrill Lynch, J.P. Morgan, Allen & Company et UBS Investment Bank.

Pour tous les détails concernant l’entrée en Bourse de LinkedIn, consultez le document déposé auprès de la SEC.

* Tous les montants sont en dollars américains.




Tags: ,

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW