L’informatique mobile dans la mire des logiciels malveillants en 2011


Jean-François Ferland - 21/02/2012

L’éditeur de logiciels de sécurité McAfee fait état d’une hausse des logiciels malveillants destinés aux appareils mobiles à la fin de 2011. Le Canada aurait été au troisième rang du palmarès des pays hébergeant le plus de sites Web malveillants.

McAfee rapporte que la croissance des logiciels malveillants qui sont destinés aux ordinateurs personnels aurait diminué durant le quatrième trimestre de 2011, en comparaison avec le dernier trimestre de 2010, alors que les logiciels visant les plates-formes mobiles auraient fait l’objet d’une activité sans précédent.

Selon le rapport consacré aux données portant sur les menaces informatiques lors du dernier trimestre de 2011, environ 440 échantillons de logiciels malveillants auraient été décelés au quatrième trimestre de 2011, contre environ 125 échantillons au trimestre précédent.

Selon McAfee, c’est la plateforme Android de Google qui aurait été dans la mire du plus grand nombre de rédacteurs de logiciels malveillants mobiles. Une bonne partie des logiciels malveillants sous Android auraient visé le détournement de téléphones évolués afin d’envoyer des messages SMS, ce qui occasionnait des coûts aux utilisateurs des appareils.

Également, la possibilité d’utiliser un logiciel pour configurer un appareil Android au niveau racine du dispositif (rooting en anglais) aurait été récupérée par des pirates qui ont inclus des logiciels malveillants à de tels logiciels.

Notamment, le recours à la trousse administrateur pirate (rootkit) aurait contribué à la croissance des logiciels malveillants en 2011, mais cette technique aurait été un peu moins populaire lors du dernier trimestre de 2011, en comparaison avec le troisième trimestre de la même année.

Les faux antivirus auraient été beaucoup moins utilisés au quatrième trimestre qu’au trimestre précédent, alors que les logiciels malveillants de type « AutoRun » et « Trojan » auraient été un peu moins présents durant le trimestre.

McAfee souligne que les logiciels malveillants qui prenaient pour cible le système d’exploitation pour ordinateurs personnels Mac OS auraient été très peu présents dans l’univers informatique durant les six derniers mois de 2011.

McAfee indique que sa base de données d’échantillons de logiciels malveillants contenait plus de 75 millions d’échantillons à la fin de 2011, soit plus que ce que l’éditeur de logiciels de sécurité avait envisagé pour la période.

Le Canada, paradis des sites Web malveillants?

McAfee indique que 9 300 nouveaux sites Web malveillants auraient été détectés chaque jour dans Internet au quatrième trimestre de 2011, soit plus que la moyenne de 6 500 nouveaux sites Web par jour qui avait été observée au troisième trimestre. Au total, plus de 700 000 adresses URL mèneraient à des sites Web malveillants.

Surtout, McAfee affirme que le Canada se situait au troisième rang de la liste des pays où l’on retrouvait le plus grand nombre de serveurs hébergeant des sites Web malveillants au dernier trimestre de 2011, derrière les États-Unis et les Pays-Bas. Selon le rapport consacré aux données du quatrième trimestre de 2011, 73,3 % de tous les serveurs contenant des sites Web malveillants se trouveraient en Amérique du Nord.

Selon McAfee, les pourriels auraient atteint lors du dernier trimestre de 2011 leur plus bas niveau à l’échelle mondiale en plusieurs années, mais les réseaux de zombies auraient fait l’objet d’une croissance durant la même période.

Enfin en citant le site Web de privacyrights.org, un organisme sans but lucratif américain qui sensibilise le grand public à l’impact de TIC sur la vie privée McAfee indique que le nombre de brèches dans les données informatiques qui auraient été rapportées publiquement aurait été en 2011 deux fois supérieur au nombre de brèches qui avaient été divulguées en 2009.

Selon McAfee, plus de 40 brèches auraient fait l’objet d’une divulgation publique lors du dernier trimestre de l’année dernière. Ces brèches dont l’avènement a été rendu public seraient attribuables au piratage, aux logiciels malveillants, à la fraude et aux manoeuvres illicites en interne.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+