Les moutures de Windows 8


Nelson Dumais - 25/04/2012

Windows 8 sera simple à identifier et à acheter. Il sera très loin du quasi-byzantinisme de Windows XP qui comptait pas moins de 9 «éditions» différentes, sans parler de ses adaptations particulières à certains pays.

Comme il se doit à chaque grande étape des « Aventures de Windows au pays des Comptes majeurs », les migrations vers une nouvelle version, impliquant parfois le virage de poupe en étrave, sont aussi critiques que complexes. En ce sens, passer à Windows 8 ne sera pas une mince affaire, à plus forte raison que la nouvelle interface graphique est Metro, un produit issu de la mobilité qui est loin de faire consensus dans les bureaux. Les gestionnaires savent qu’ils auront une longue période de « chialage » à gérer, le temps que les utilisateurs se familiarisent avec les nouvelles façons de faire les choses.
 
Grosso modo, les entreprises qui le feront seront celles chez qui la mobilité est essentielle au point où on y utilise déjà des ordiphones et des tablettes. Car un des avantages de Windows 8 est justement de pouvoir unifier les modes d’utilisation à l’ère du tap-tap triomphant. Et même là. Il est à parier que si l’entreprise vient de migrer vers Windows 7, elle sautera son tour et attendra Windows 9, au moins, sans aucune perte de productivité.
 
Un des facteurs qui pourrait accélérer l’adoption de Windows 8 pourrait être Office 15, une mise à niveau majeure du coffret bureautique proposé par l’Empire depuis une vingtaine d’années. Là aussi, on pourra bénéficier de l’interface tap-tap. Mais au mieux, ce produit ne sera pas disponible avant la fin du printemps de 2013, soit quelque six mois après le lancement attendu de Windows 8.
 
Ainsi, Microsoft semble vouloir simplifier ce qui peut l’être, question de contrebalancer les difficultés inhérentes. Or parmi les moyens, il y a la nomenclature des versions retenues, les fameux SKU (Stock-Keeping Unit). Cette fois, on parle de quatre « éditions » : la 8 proprement dite et la 8 Pro, ainsi que la 8 Enterprise (pour acheteurs de grandes licences seulement) et la 8 RT (pour les bidules à base de processeurs ARM). Le moins que l’on puisse dire, c’est que le tableau est infiniment moins complexe  que celui de certaines versions antérieures, dont  XP, un SE qui a connu le plus long règne dans l’histoire de Windows.
 
Windows 8 (proprement dite) : c’est « l’édition » de base, 32 ou 64 bits, celle qui va remplacer Windows 7 Familiale Premium, qui inclura la fonction (très pratique) permettant de changer d’un clic la langue d’interface. Ce n’est plus lié à un marché inféodé à telle ou telle langue, mais au goût de l’utilisateur de travailler dans la langue de son choix où qu’il soit sur notre malheureuse planète. Sous Windows 7, seules les « éditions » haut de gamme disposaient de cet avantage. Cette « édition » se vendra en boutique.
 
Windows 8 Pro : Ici, Microsoft a ajouté différents trucs à « l’édition » de base de Windows 8, dont le système de chiffrement BitLocker, le programme de machine virtuelle Hyper-V, la possibilité de redémarrer un PC à partir d’un disque virtuel, celle d’adhérer à un domaine Windows, et bien d’autres fonctions que l’on retrouve présentement dans les « éditions » Intégrale ou Entreprise de Window 7. Un media pack indépendant sera disponible pour ajouter les ressources « Media Center ». C’est la grosse version, celle que les amateurs d’informatique voudront se procurer. Cette « édition » sera vendue notamment en boutique.
 
Windows RT (nouveau nom de Windows WOA, c.-à-d. «Windows On Arm): Microsoft a adapté une version de Windows 8 pour les processeurs ARM, ces puces étonnantes que l’on retrouve dans les bidules, petits PC pas chers et tablettes. Mais comme elle n’offre pas l’ensemble des fonctions de Windows 8 (même si elle en partage un très grand nombre), elle n’a pas droit à l’enseigne mirifique et devra se contenter de « RT ». Par exemple, elle ne fonctionnera quasiment que sous l’interface Metro, d’où la présence du moteur d’exécution WinRT (Windows Runtime) et d’où le patronyme du produit. Ce produit ne sera pas disponible comme tel en boutique; il ne se retrouvera que préalablement installé par le fabricant de machines.
 
Windows 8 Entreprise : destinée aux grands comptes disposant de licences d’utilisation en quantité, cette « édition » sera essentiellement Windows 8 Pro à laquelle Microsoft aura rajouté des outils destinés aux administrateurs (gestion, déploiement, sécurité, mobilité, réseautique, virtualisation, etc.). On s’attend à ce que la demande pour cette version qui ne sera pas vendue encellophanée elle non plus, ne soit pas « fébrile » dans le courant de la première année de Windows 8.
 
Un mot sur Windows Server 2012, le système d’exploitation réseau dont Microsoft a parlé la semaine dernière. Comme Server 2003 et 2008 étaient l’équivalent serveur de Windows XP et Vista, Server 2012 sera celui de Windows 8. En ce sens, ce produit n’est pas une « édition » de Windows 8.
 
Pour se faire la main, les entreprises (et les consommateurs, du reste) pourront se télécharger gratuitement une version Release Preview, une version presque définitive, en début de juin. Ce sera le deuxième cadeau-jalon, le premier ayant été la Consumer Preview de février dernier.

Pour consulter l’édition numérique du magazine d’avril 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Nelson Dumais est journaliste indépendant, spécialisé en technologies de l’information depuis plus de 20 ans.




Tags: , , , , , , , ,