Les jeunes face aux sciences et à la technologie: Les TIC sont à la fois un enjeu, un moyen et une solution


Jean-François Ferland - 26/01/2012

Patrice Povtin, cotitulaire de la Chaire de recherche sur l’intérêt des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie, explique que les technologies de l’information et des communications joueront plusieurs rôles dans le cadre des travaux du groupe de recherche.

La Chaire de recherche sur l’intérêt des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie, qui a été établie par l’Université du Québec à Montréal et l’Université de Sherbrooke, s’intéressera au cours des cinq prochaines années à la désaffection des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie depuis quelques années. Surtout, cette chaire oeuvrera à l’identification des moyens requis pour raviver l’intérêt des étudiants des niveaux primaire et secondaire envers les disciplines scientifiques et technologiques, parmi lesquelles on trouve les TIC.

Lire : Création d’une chaire de recherche sur l’intérêt des jeunes face aux sciences et à la technologie

Patrice Potvin, professeur-chercheur en didactique des sciences à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal, est le cotitulaire de la nouvelle chaire de recherche. Lors de la présentation de la chaire, il a indiqué que les observations et les pistes de solutions qui seront identifiées seront progressivement partagées et appliquées auprès des intervenants du milieu de l’enseignement. Neuf commissions scolaires de quatre régions administratives du Québec collaboreront à l’initiative.

« Le premier volet de la chaire est le développement de connaissances sur la bonne manière de générer de l’intérêt chez les jeunes. Cette étude plus fondamentale est typique du travail universitaire. L’autre volet de la chaire se rattache davantage à l’application des connaissances dans les milieux, où les conseillers pédagogiques et les directions des services éducatifs [des établissements] seront impliqués », a expliqué M. Potvin.

« On veut pouvoir tout de suite mobiliser les intervenants principaux que sont les enseignants et les conseillers pédagogiques en appliquant ce qui aura été trouvé. C’est à travers les partenaires qu’on y arrivera, et non seulement par les publications universitaires », a-t-il ajouté.

En plus d’observations qui seront réalisées dans les milieux scolaires, des études longitudinales seront produites auprès d’échantillons représentatifs au moyen de questionnaires. Ces questionnaires seront remplis par des élèves, des parents, des professeurs, du personnel de soutien et du personnel administratif du milieu de l’enseignement afin d’obtenir les perceptions générales sur le niveau d’intérêt des jeunes envers la science et la technologie.

M. Potvin indique que tous les élèves seront visés par l’initiative de la chaire de recherche, mais il précise que l’emphase sera appliquée dans un premier temps envers les élèves de la fin du primaire et de tout le secondaire.

« On sait qu’à la fin du primaire les élèves sont à peu près tous gagnés aux sciences et technologies. C’est après que ça se gâte durant le parcours à l’école. On ne sait pas si l’école secondaire en est la cause, mais c’est à ce moment qu’il est crucial de maintenir l’intérêt jusqu’à ce qu’ils choisissent d’aller dans les filiales au cégep et à l’université », a-t-il mentionné.

Les TIC, des courroies de transmission

Les technologies de l’information et des communications font partie du domaine des sciences et de la technologie pour lequel la chaire de recherche tentera d’identifier des moyens de susciter davantage passion de la part des jeunes. Or, les TIC constituent aussi un moyen de transmission de cette passion et de l’information qui s’y rattache, autant auprès du public cible qu’entre les participants au projet de recherche.

M. Potvin a indiqué que les TIC seront utilisées par les intervenants dans le cadre des travaux de la chaire de recherche. Un site Web et un blogue seront établis afin que les intervenants qui participeront au projet puissent partager de l’information, commenter et interagir.

« Je ne pense plus qu’on puisse se passer de ces outils dans le fonctionnement efficace d’une infrastructure de recherche de la sorte », a indiqué le cotitulaire de la chaire.

Également, les technologies de l’information et des communications seront étudiées à titre de moyen d’incitation des élèves à s’intéresser aux sciences et à la technologie. Toutefois, M. Potvin a précisé qu’elles constitueront une variable qui sera considérée à égalité comme un moyen parmi d’autres.

« Ce sont les pratiques d’enseignement qui sont au coeur de l’intérêt de notre chaire, mais je tiens à coeur que les TIC soient présentes dans le projet, car je suis un designer de jeux vidéo éducatifs, a expliqué M. Potvin. J’ai participé au design de quatre applications informatiques qui sont utilisées par les élèves du secondaire, par le biais d’un partenariat avec l’entreprise CRÉO. Nous avons eu des résultats de recherche très intéressants, alors qu’on a pu générer des apprentissages d’une manière significative, avec des effets d’une magnitude très intéressante. »

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+