Les internautes ruraux, les grands perdants de «l’accumulation de spectre»?


Jean-François Ferland - 06/06/2013

Une dirigeante d’Xplornet déplore que des fournisseurs en télécoms n’utilisent pas tout le spectre pour lequel ils détiennent des licences, ce qui restreint l’offre de services à haut débit dans les régions rurales.Illustration du concept de réseau de télécommunications

Un article publié dans le site web IT World Canada – une publication sœur de Direction informatique – rapporte que Christine Prudham, la responsable des affaires juridiques du fournisseur de services à haut débit dans les régions rurales Xplorenet Communications, a pointé du doigt les fournisseurs titulaires Bell Canada et Rogers Communications lors de la conférence Canadian Telecom Summit, qui a eu lieu à Toronto.

Dans le cadre d’un panel d’experts à propos de la prochaine génération des services sans fil, Mme Prudham a qualifié « d’obscène » la quantité de spectres d’ondes pour lesquels Bell Canada et Rogers Communications détiennent des licences sans en faire l’utilisation.

La dirigeante d’Xplornet Communications estime que le spectre d’ondes dans la bande de 3,5 Gigahertz que ces entreprises n’utlisent pas pourrait servir à fournir des services d’accès à Internet à haut débit dans les régions rurales qui n’ont pas accès à des infrastructures filaires comme on en trouve dans les centres urbains.

« Pourquoi [Bell et Rogers] ne vendent-ils pas [le spectre inutilisé] afin de permettre à d’autres de l’utiliser? », a demandé Mme Prudham.

Lire l’article complet dans le site web d’IT World Canada.




Tags: , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+