Les étudiants en TI seront encore très en demande en 2013


Denis Lalonde - 07/02/2013

Les étudiants des différents programmes collégiaux et universitaires en technologies de l’information seront encore une fois très en demande cette année, selon le guide Les carrières d’avenir 2013 publié par Jobboom.

Ainsi, selon le document publié à la fin du mois de janvier, deux des trois programmes ayant le plus iomportant taux d’offres d’emploi par finissant sont dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC).

Selon le classement, ce sont les 10 finissants au programme de baccalauréat en sciences et technologie des aliments de l’Université Laval qui ont été les plus en demande en 2012, ayant reçu en moyenne 20,6 demandes d’emploi chacun, pour un total de 206 offres d’emploi.

Suivent les 20 finissants au baccalauréat en génie informatique de l’Université de Sherbrooke qui ont reçu un total de 373 offres d’emploi, pour un ratio de 18,65 offres par étudiant.

« La polyvalence des ingénieurs en informatique, qui peuvent évoluer autant dans les domaines de la santé ou de la comptabilité que dans le secteur industriel, favorise grandement leur placement. Ainsi, le nombre de diplômés ne suffit généralement pas à répondre aux besoins des entreprises », souligne le guide.

Au troisième rang, les 44 finissants au baccalauréat en génie des technologies de l’information de l’École de technologie supérieure (ÉTS) se sont partagés 500 offres d’emploi en 2012, soit en moyenne 11,36 chacun.

« Les entreprises recherchent de plus en plus des ingénieurs qualifiés en technologies de l’information (TI) afin de développer des systèmes de commerce électronique, de traitement d’information, de bases de données multimédias ou de médias interactifs. Les 44 finissants de l’École de technologie supérieure (ÉTS), à Montréal, seul établissement à offrir le programme, ont l’embarras du choix quand vient le temps pour eux de trouver un emploi. La demande est si importante que 78 % des diplômés de 2012 avaient une promesse d’embauche avant même la fin de leurs études », souligne le document.

Un peu plus loin au classement, les 69 finissants en génie logiciel de l’ÉTS ont reçu un total de 345 offres d’emploi l’an dernier, soit 5 chacun en moyenne.

« La situation est telle que, faute de diplômés, les entreprises sont parfois contraintes de recruter des travailleurs à l’étranger afin d’assurer leur croissance », soutient Patricia Richard, directrice générale de l’information de Jobboom.

Pour l’ensemble de l’industrie des TIC, le document de 274 pages précise que l’emploi croît rapidement dans le secteur : « La main-d’œuvre, bien qu’elle soit encore jeune, manque déjà à l’appel, les inscriptions dans les programmes collégiaux et universitaires n’étant pas assez nombreuses pour répondre à la demande », lit-on.

D’ici 2014, 7 500 postes en TIC seront à pourvoir chaque année dans la province. De plus, il faudra embaucher, d’ici 2015, plus de 1 550 analystes et consultants en informatique et 700 programmeurs en médias interactifs par année. « Le secteur du jeu vidéo et celui de la mobilité, avec le développement d’applications pour les téléphones intelligents notamment, demeurent des avenues populaires auprès des jeunes diplômés qui intègrent présentement le marché du travail », affirme Jobboom.

Le guide Les carrières d’avenir, qui en est à sa 16e édition en 2013, découle d’une importante enquête menée entre juin et décembre 2012 auprès de quelque 300 intervenants des milieux industriel, professionnel et scolaire.


À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW