Le ministère dit non aux tablettes numériques sur les listes d’achats scolaires


Fanny Bourel - 09/08/2016

Une école secondaire publique de Charlesbourg a ajouté un iPad à la traditionnelle liste des fournitures scolaires à se procurer pour la rentrée.Illustration d'appareils clients

Les parents peuvent louer la tablette numérique auprès de l’école plutôt que de l’acheter, mais la facture reste à leur charge.

L’école Le Sommet, qui a instauré un programme éducatif utilisant l’iPad depuis 2014, justifie cette exigence en rappelant que la tablette numérique permettrait d’économiser environ 100 dollars par an aux parents en photocopies et en cahiers d’exercices.

Cependant, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a effectué une mise au point, hier, en rappelant que les écoles et les commissions scolaires ne peuvent pas imposer l’achat de tablettes électroniques ou des frais de location pour cet outil.

La loi sur l’instruction publique stipule que tous les petits Québécois ont le droit de recevoir gratuitement des services éducatifs et que ce droit à la gratuité s’étend aux manuels scolaires et au matériel didactique requis pour l’enseignement.

« Dans ce contexte, les commissions scolaires et les écoles doivent fournir gratuitement les tablettes électroniques si elles souhaitent les exiger dans le cadre de l’enseignement des programmes d’études », a souligné le ministère dans un communiqué.

Lire aussi:

École : des inégalités numériques entre les parents

Qui veut des TIC à l’école à tout prix? Pas les jeunes

Relier l’apprentissage des technologies au monde des élèves




Tags: , , , , , , , ,