L’avenir sensoriel de la veille commerciale


Jean-François Ferland - 07/11/2012

Lors du salon Business Intelligence à Montréal, le conférencier Jorge Garcia a traité de l’utilisation de la réalité augmentée et de la reconnaissance de la gestuelle aux fins de la veille commerciale.Image représentant une gestuelle

Dans le cadre du salon Business Intelligence, qui a eu lieu les 5 et 6 novembre au Palais des congrès de Montréal, le conférencier Jorge Garcia a discuté de technologies fondées sur les sens qui pourraient être utilisées régulièrement pour l’interface utilisateur des solutions de veille commerciale d’ici cinq à dix ans. M. Garcia, qui est analyste principal en veille commerciale et en gestion des données à la firme d’évaluation des logiciels commerciaux Technology Evaluation Centers de Montréal, a affirmé que l’expérience utilisateur constituait un élément important de l’emploi des solutions de veille commerciale, dans le but d’améliorer le processus décisionnel au sein des organisations.

En premier lieu, M. Garcia a traité du recours à la réalité augmentée, soit la superposition d’informations sur des images d’objets qui sont captées par une caméra. Ce processus en temps réel a recours notamment à la géolocalisation. « La réalité augmentée permet d’ajouter une couche de contenu afin d’obtenir un contexte, a indiqué M. Garcia. Elle améliore la façon dont nous percevons l’information parce que cette information est liée à une image. »

De façon pratique, la réalité augmentée peut afficher l’information en superposition à une image sur un téléphone évolué ou bien sur un dispositif d’affichage oculaire, comme le concept de lunette Glasses de Google. Par exemple, l’approche permet de superposer de l’information de nature touristique ou publicitaire, lorsqu’une personne se promène dans une ville, ou d’afficher des informations sur l’entretien des appareils à l’intérieur d’une usine. La réalité augmentée sert à présenter de l’information, mais aussi à recueillir des données aux fins de la veille commerciale.

« Avec la réalité augmentée, la veille commerciale passera de la couche stratégique à la couche d’exploitation dans une organisation », a affirmé M. Garcia.

Durant sa présentation, M. Garcia a brièvement présenté une diapositive qui présentait seize modèles d’affaires pour la réalité augmentée qui ont été définis par l’Australien Gary Hayes.

La reconnaissance de la gestuelle

D’autre part, Jorge Garcia a affirmé que la reconnaissance de la gestuelle sera intégrée dans les solutions de veille commerciale au cours des prochaines années. « Puisque nous nous exprimons par le mouvement, il est possible d’interpréter la gestuelle humaine à l’aide d’algorithmes mathématiques », a-t-il indiqué.

M. Garcia a présenté une vidéo où une personne interagissait par des mouvements des mains et des bras avec une application à technologie de base de données en mémoire HANA du fournisseur SAP qui était couplée avec une caméra Kinect de Microsoft.

M. Garcia a indiqué que les avantages du recours à la gestuelle dans une application de veille commerciale consistaient en l’utilisation d’une façon d’interagir plus naturelle, en l’élimination d’une dépendance envers l’emploi d’un dispositif (comme une souris ou un clavier) et en la possibilité d’interagir à distance avec une application et ses données.

L’approche comporte certains inconvénients, comme la fatigue des bras de l’utilisateur après un certain temps, un traitement informatique intense ainsi qu’une limite des gestes qui peuvent être reconnus par une application. Pour l’instant, les systèmes de la sorte reconnaissent les mouvements de la main dans son ensemble, mais pas les doigts.

Toutefois, M. Garcia a présenté un reportage vidéo sur le dispositif Leap, de l’entreprise américaine Leap Motion, qui reconnaît la gestuelle des doigts au complet. Le dispositif sera commercialisé pour les ordinateurs de table à compter de 2013.

« La reconnaissance de la gestuelle permettra l’ajout des sens à la veille commerciale, mais aussi la massification de la veille commerciale auprès d’un plus grand nombre de personnes dans une organisation et d’un plus grand nombre de consommateurs », a souligné M. Garcia.

À l’aide de vidéos, M. Garcia a démontré une application qui combinait la réalité augmentée et la reconnaissance de la gestuelle. Il s’agissait d’un rapport commercial qui, lorsque consulté par un utilisateur qui portait des lunettes à réalité augmentée, faisait apparaître des données et des graphiques qui pouvaient être manipulés par des gestes de la main. Une autre vidéo démontrait une application où des caméras détectaient la présence et les gestes des consommateurs près d’un étalage, afin de mesurer le processus de sélection d’un produit de consommation.

M. Garcia a indiqué que le développement d’applications de reconnaissance de la gestuelle pour la veille commerciale auprès des consommateurs comportait plusieurs défis. Ces applications nécessitent du matériel particulier ou personnalisé, les coûts de développement et d’entretien sont importants et les projets actuels visent une utilisation auprès d’individus et non de groupes. Également, ces applications ne seraient pas vues comme étant « sérieuses » par certains, en raison du recours à des techniques semblables à celles des interfaces des consoles de jeu vidéo de nouvelle génération.

En terminant, M. Garcia a indiqué que la reconnaissance de la parole serait pertinente pour l’ interface utilisateur des applications de veille commerciale, mais il faudra attendre que les éditeurs des solutions comme Siri d’Apple et Google Voice de Google rendent accessibles leurs interfaces de programmation d’application aux développeurs externes.




Tags: , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+

  • Pingback: L’avenir sensoriel de la veille commerciale | Actu de la Réalité Augmentée et de l'impression 3D | Scoop.it()

  • http://jeremysintes.fr/ Jérémy Sintes

    Merci JF pour ce compte rendu,
    Cet article attire mon attention parce qu’il met en évidence le temps nécessaire aux entreprises pour apprivoiser une nouvelle technologie. “L’interaction plus naturelle” que M.Garcia souligne, commence sérieusement à se faire attendre!Quoi qu’il en soit, je rejoins tout à fait M. Garcia sur son analyse. C’est tout un univers à créer et tellement de possibilités.

    Bonne journée,
    Jérémy