La sécurité informatique est une nécessité pour les PME, plaide Kaspersky Lab


Jean-François Ferland - 17/06/2013

Kaspersky Lab rappelle l’importance pour les petites et moyennes entreprises d’appliquer un minimum de sécurité informatique, rapporte IT Business.Logo de Kaspersky Labs

Lors d’un entretien accordé au portail IT Business – une publication sœur de Direction informatique – Tiffany Rad, une chercheuse en sécurité au sein de l’équipe mondiale de recherche et d’analyse du fournisseur russe de solutions en sécurité Kaspersky Lab, a souligné que le niveau de sécurité informatique qui est nécessaire pour une petite ou une moyenne entreprise varie selon le niveau des menaces et la tolérance au risque de l’organisation. Elle a indiqué l’importance pour une PME de comprendre quels sont ses actifs technologiques et quels risques y sont associés.

« Ces facteurs doivent être pris en considération pour déterminer quels sont les besoins [en sécurité de l’organisation] et si le recours à une suite de sécurité de calibre d’entreprise et à la sécurité physique sont nécessaires ou pratique », a déclaré Mme Rad, dans le cadre d’une conférence de spécialistes en sécurité de Kaspersky Lab qui a eu lieu à San Francisco.

La spécialiste a souligné que des petites entreprises qui font partie d’une chaîne d’approvisionnement étendue peuvent être perçues comme étant un maillon faible pour l’accès à l’information confidentielle qui a trait à des composantes des projets de grands entrepreneurs.

Également, les petites entreprises familiales constituent des cibles de choix pour les pirates par le biais des logiciels malveillants qui procèdent à de l’extorsion financière, puisqu’elles sont vues comme étant moins sécuritaires et moins au fait des enjeux de sécurité que les grandes organisations.

Mme Rad a ajouté que les PME sont confrontées également à des enjeux liés à l’utilisation d’appareils mobiles. Ces entreprises ont recours aux solutions de sécurité qui sont préinstallées sur des ordinateurs neufs et qui sont gratuites durant trois mois, mais elles ne s’y abonnent pas lorsque la période d’essai est terminée.

« C’est mieux d’avoir quelque chose en place plutôt que rien. Il y a toujours une façon [pour la PME] d’être protégée avec un budget limité. Je reconnais les enjeux qui sont liés aux coûts, mais des alternatives existent », a déclaré Mme Rad.

Lire l’article au complet dans le portail de IT Business. 




Tags: , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+