La RBC Banque Royale adopte un code de déontologie pour ses fournisseurs


    Jean-François Ferland - 24/05/2013

    RBC Banque Royale, à la suite de la controverse entourant l’immigration d’employés par un impartiteur en TI, demandera à ses fournisseurs d’adhérer à un code de déontologie.Logo de RBC Banque Royale

    L’institution financière RBC Banque Royale, qui a été au cœur d’une controverse il y a quelques semaines en raison du recours à l’immigration de travailleurs étrangers par un de ses impartiteurs en technologies de l’information, a adopté un code de déontologie à l’intention de ses fournisseurs.

    En faisant mention d’une approche « d’approvisionnement responsable », RBC Banque Royale indique que ses fournisseurs devront « s’abstenir d’embaucher des travailleurs provenant de l’extérieur du Canada lorsqu’ils offrent des services pour [son] compte, si un travailleur autorisé à travailler au Canada est disponible et apte à effectuer le travail. »

    Dans un communiqué annonçant l’adoption du code de déontologie, RBC Banque Royale indique qu’elle « n’impartira des tâches à des fournisseurs extraterritoriaux que lorsque les investissements de ces derniers dans les capacités, les technologies ou le savoir-faire opérationnel offrent des avantages et des compétences qui surpassent ceux dont RBC peut se prévaloir à l’interne ou au Canada. »

    « RBC ne délocalisera pas des emplois simplement pour économiser sur les salaires. Elle fera le maximum pour embaucher au Canada », ajoute l’entreprise.

    RBC Banque Royale affirme qu’elle utilisera le Programme concernant les travailleurs étrangers du gouvernement du Canada uniquement pour recourir aux services de travailleurs et de cadres « hautement spécialisés ».

    L’institution financière déclare qu’elle applique plusieurs pratiques exemplaires en maintien, en « rééducation professionnelle » et en réaffectation d’employés. Elle précise qu’elle continuera d’investir dans des capacités de soutien et de recyclage d’employés qui sont touchés par des projets d’impartition, des initiatives fondées sur l’efficience et des restructurations.

    Au début d’avril 2013, le réseau anglais de la Société Radio-Canada a révélé que plusieurs employés du sous-traitant en technologies de l’information iGATE, de Bengaluru, en Inde, pourraient effectuer des tâches liées aux TI au sein de la division des Services aux investisseurs de la RBC Banque Royale à partir de Toronto, à la suite de l’obtention de visas dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires du gouvernement du Canada. Quarante-cinq employés de RBC Banque Royale auraient perdu leur emploi à la suite de cette impartition de fonctions.

    Lire : Immigration d’employés pour un impartiteur de la RBC Banque Royale

    Une semaine plus tard, RBC Banque Royale a fait mon mea culpa et annoncé que d’importants correctifs seraient apportés à ses pratiques en interne et à ses relations avec les fournisseurs.

    Lire : Immigration et impartition : RBC Banque Royale reconnaît ses torts




    À propos de Jean-François Ferland

    Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
    Google+