La force du partenariat


André Ouellet - 23/11/2011

Depuis vingt ans, le président de Varitron Technologies, Michel Farley, perpétue les succès de cette entreprise de la Rive-Sud de Montréal. Il est la personnalité du mois d’octobre 2011 en TI au Québec.*

En 2001, suivant la recommandation d’un ami, Michel Farley achète une entreprise en déclin dont le contrat unique avait une valeur de 100 000 dollars. À partir de ce moment, Varitron Technologies (VTI), société d’assemblage électronique au profit de nombreux clients du secteur des TI, a connu une croissance que seules deux années de crise sont venues interrompre.

L’entreprise compte aujourd’hui 230 employés. S’élevant à 43 millions de dollars pour le dernier exercice financier, ses revenus devraient atteindre 50 millions de dollars au terme de l’exercice en cours. Selon le dernier classement Les Affaires, VTI est la 65e plus grande PME au Québec. Les efforts de la direction et de son président ont été récompensés par maints prix depuis vingt ans, dont le Grand Prix de l’Entrepreneur 2010 d’Ernst & Young (catégorie Technologie), remis à M. Farley, et le prix Entreprise de l’année 2011 de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.

Pour expliquer les succès de son organisation, Michel Farley évoque le partenariat : « Il s’agit d’une notion souvent employée à tort et à travers, mais notre entreprise a véritablement été bâtie en s’appuyant sur des partenariats forts, non seulement avec d’autres organisations, mais avec nos clients et nos employés », explique-t-il.

Il en veut pour preuve la fidélité manifestée à l’égard de VTI : plusieurs clients sont associés à l’entreprise depuis quatorze ou quinze ans, alors que les employés en général demeurent longtemps en poste – certains sont là depuis le début, ou presque.

Adaptation étroite au contexte de chaque client

Au fil des ans, l’entreprise a servi des centaines de clients, s’efforçant de s’adapter à leurs besoins. Certains investissements importants peuvent être réalisés en fonction d’un seul d’entre eux. Par exemple, la société a fait l’acquisition de l’usine Varitech de Granby il y a quatre ans afin de soutenir la demande de son client Trilliant, spécialiste de la communication au sein des réseaux électriques intelligents.

Voilà un exemple éloquent de ce que Michel Farley appelle un « partenariat fort ». La collaboration avec Trilliant a donné lieu cette année au déploiement de plus de deux millions de compteurs électriques intelligents en Ontario. L’installation de quelque deux millions de compteurs supplémentaires est en cours dans l’état du Maine, alors que l’on prévoit en déployer pas moins de dix millions au Royaume-Uni prochainement.

La proximité de VTI avec ses clients contribue à freiner l’exode du secteur manufacturier québécois vers la Chine et d’autres pays. En 2000 et 2007, au moment où l’industrie était en crise, l’entreprise a réalisé des investissements dans le but d’affermir son caractère concurrentiel à l’égard de l’Asie, notamment. « Aujourd’hui, nous rapatrions des clients qui s’étaient tournés vers ce continent, explique le président. Ces organisations viennent nous voir parce qu’en partenariat avec nous, elles peuvent améliorer le temps de mise en marché de leurs produits. »

Selon lui, cela démontre la capacité des entreprises d’ici à soutenir la concurrence asiatique.

De l’architecture à la gestion de projet

La réussite de Michel Farley découle directement de la brûlante passion de l’entrepreneuriat qui l’habite et qui, selon son expression, « est inscrite dans son code génétique ». Étonnamment peut-être, la meilleure préparation qu’il ait eue afin d’exercer ses fonctions actuelles est celle de gestionnaire de projet.

Encore étudiant, il s’intéresse à l’architecture. Alors qu’il poursuit ses études dans cette discipline, on lui offre du travail dans le secteur de la construction navale. Son employeur lui propose de coordonner la mise en place de systèmes de gestion utilisés dans la construction de navires destinés à l’armée canadienne. Il ne terminera pas son cours d’architecture. De fil en aiguille, il se fait une spécialité de la gestion de projet et devient consultant auprès de divers chantiers navals.

Pour lui, cette expérience a été déterminante. Lorsque se présente l’occasion d’acquérir Varitron, en 2001, il possède les compétences lui permettant de mettre en œuvre des systèmes et des processus d’entreprise efficaces. « Cela a été ma plus grande force », confie-t-il.

Sa tâche chez VTI n’est pas terminée. L’année dernière, il a vendu une partie de l’entreprise à Investissement Québec afin d’obtenir les liquidités qui lui permettront de procéder à des acquisitions dans les prochains mois. Son objectif premier à cet égard est de disposer de technologies donnant à VTI la possibilité de se positionner sur la côte est des États-Unis.

Le président n’a pas de visées mondiales pour autant. Bien que ses clients fassent des affaires à l’échelle internationale, ils sont établis au Québec principalement. Pour Michel Farley, il s’agit sans doute d’un facteur facilitant la formation de partenariats durables.

Le choix de la Personnalité du mois en TI au Québec est le fruit d’une collaboration entre le Réseau ACTION TI, Direction informatique et de nombreux partenaires de l’industrie.




Tags: , , , , , , ,